Le sommet de Bruxelles vu de Colombie

 |   |  365  mots
En adoptant le week-end dernier le « paquet climat-énergie », l'Union européenne a validé l'incorporation de 10 % d'agrocarburants dans l'essence d'ici à 2020. Une décision qui résonne comme un appel d'air en Colombie. Car, selon les experts, à l'horizon 2020, la production domestique d'agrocarburants de l'Europe des 27 remplira nos réservoirs à hauteur d'environ 5 %, en mobilisant les jachères et en convertissant une bonne part des productions de colza et betterave. Les 5 % restants devront donc être importés?: éthanol brésilien produit à partir de la canne à sucre?; et surtout agrodiesel provenant de l'huile de palme asiatique et latino-américaine. « mauvais coup »« Le gouvernement colombien table sur ces importations européennes, remarque Eduardo Vega, chercheur au Centre de recherche et d'éducation populaire à Bogota. Grâce à elles, il triplera les plantations de palmiers à huile en 2010. »La nouvelle ne réjouit pas les défenseurs de la biodiversité?: elle risque de se traduire par un défrichage à grande échelle des forêts. De passage à Paris, à l'invitation du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD), José Angel Palomeque, un agriculteur de la région du Choco, sur la côte pacifique colombienne, dénonce ce « mauvais coup ».« Le feu vert de Bruxelles signifie surtout un renforcement des liens entre les industriels de la palme et les anciens paramilitaires en mal de reconversion. À la faveur du conflit armé avec la guérilla, qui a provoqué de nombreux déplacements forcés de paysans, des groupes paramilitaires se sont accaparé illégalement nos terres dans le Bajo Atrato. Nos communautés ? noires et indigènes, pour l'essentiel ? tentent de les récupérer. Mais maintenant qu'ils les ont ensemencées en palmier à huile et qu'ils entrevoient des débouchés stables, le combat va être plus ardu. »Et difficile d'escompter une marche en arrière de la Commission européenne. Un moment envisagée, la clause de révision des objectifs (les 10 % d'agrocarburants), prévue en 2014, n'a pas été retenue par les chefs d'État et de gouvernement européens. Yves Hardy ++BSD ++PasSupprimerBalise balise systèmene pas supprimer++BSF ++Le feu vert de Bruxelles signifie un renforcement des liens entre les industriels de la palme et les anciens paramilitaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :