« Le problème est d'appliquer la régulation »

 |   |  338  mots
S'il y a un homme bien placé pour commenter l'échec de la régulation britannique, c'est bien lui. Paul Moore, ancien directeur du risque à Halifax Bank of Scotland (HBOS), a provoqué la polémique en brisant le silence le mois dernier. Il a révélé qu'il avait été mis à la porte en 2005 par James Crosby, alors directeur général de la banque, parce qu'il l'avait averti que la culture de la vente de produits financiers à l'intérieur de l'institution était devenue « inacceptable ». Paul Moore raconte par exemple la façon dont les employés de HBOS étaient mis en concurrence les uns avec les autres : « Ils avaient notamment pour objectif de vendre quatre produits le samedi matin. » Peu importe que les clients aient un profil trop risqué? L'avertissement de Paul Moore s'est avéré correct : l'an dernier, HBOS a perdu plus de 12 milliards d'euros?C'est pourquoi la réaction de Paul Moore à la réforme de la FSA est significative. Et elle n'est pas vraiment positive. « La régulation britannique n'est pas mauvaise. Le problème, c'est son application. » Concrètement, il craint une approche trop normative de la régulation. « La cause d'Enron ? Une approche où on se contente de respecter la lettre de la loi, pas l'esprit. La réponse ? Doubler le nombre de lois. Ce n'est pas la bonne approche. »offre de servicesIl attaque aussi la FSA pour ne pas l'avoir protégé dans son conflit contre sa propre banque. À l'époque, la FSA avait commandité un rapport sur le sujet au cabinet KPMG, qui avait estimé que le licenciement de Paul Moore n'était pas illégal. Au passage, l'ancien chargé de risque en profite pour dire qu'il serait désormais « heureux » d'offrir ses services à la FSA : « Ce serait une très bonne chose d'avoir quelqu'un qui était au c?ur des problèmes. » « La Tribune » a posé la question de son embauche à Lord Turner, le président de la FSA, mais celui-ci se contente d'un « no comment » ! E. A., à Londres

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :