Crises à répétition

 |   |  115  mots
La Californie est coutumière des crises. Le roman de John Steinbeck, « les Raisins de la colère », a immortalisé les ravages de la dépression des années 1930 sur l'État. Dans les années 1970, elle connaît de graves pics de pollution (smog day). Le Le XXIe siècle commence par un « black-out » monumental (photo) provoqué par une dérégulation mal maîtrisée de l'électricité. L'an dernier, des incendies ont provoqué l'évacuation de dizaines de milliers de personnes. Mais la pire des crises est encore à venir. Les Californiens l'appellent The Big One, une réplique du tremblement de terre qui, en 1906, détruisit une grande partie de San Francisco.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :