grande-bretagneLe speaker de la Chambre des communes sur un ...

 |  | 231 mots
Lecture 1 min.
grande-bretagneLe speaker de la Chambre des communes sur un siège éjectableLa Chambre des communes tourne à la parodie politicienne. Dans une ambiance survoltée et devant une salle inhabituellement comble pour un lundi après-midi, le « speaker » (président) a très officiellement présenté ses excuses pour le scandale des notes de frais. « Je suis profondément désolé, et nous devons tous travailler dur pour retrouver la confiance du public », a déclaré Michael Martin. Mais il a refusé d'en dire plus sur sa possible démission, rejetant toute discussion sur des bases purement procédurales. Pourtant, tout le monde ne parle que de « ça ». Les libéraux démocrates réclament officiellement son départ, et une motion de défiance a été déposée contre lui : la date du vote n'est pas encore connue. Si elle passe, ce sera la première fois qu'un speaker est exclu depuis? 1695.« bouc émissaire »De nombreux députés prennent Michael Martin pour cible, estimant que sa réaction au scandale était profondément inadéquate. Le speaker a en effet demandé à la police d'enquêter sur l'origine de la fuite du scandale, plutôt que de fermement condamner les excès. Paradoxalement, Michael Martin n'est pas lui-même accusé d'avoir abusé des frais, et quelques rares voix dissidentes estiment qu'il risque d'être un « bouc émissaire ».Éric Albert, Londre

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :