Le CNRS relève la prime au brevet de ses chercheurs

 |  | 344 mots
Lecture 2 min.
ovationLe Centre national de la recherche scientifique (CNRS) est reconnu pour la qualité de sa recherche fondamentale : l'an passé ses chercheurs ont été à l'origine de 25.500 publications scientifiques, soit 10 % des publications européennes. Le CNRS déploie aussi une activité de transfert industriel et de partenariat avec la sphère économique, dont l'un des responsables dressait hier le bilan. En 2008, 295 brevets ont été publiés, qui viennent s'ajouter aux quelque 3.400 brevets déjà détenus par le centre de recherche scientifique. Près de la moitié (44 %) de ces inventions sont déjà exploitées par un industriel.« La qualité de nos brevets s'est améliorée grâce à notre politique d'évaluation en amont des déclarations d'invention des chercheurs », souligne Marc Ledoux, directeur de la politique industrielle du CNRS. 90 % de ces déclarations ont donné lieu à une demande dépôt. En 2008, 12 % des chercheurs du CNRS étaient à l'origine d'au moins une invention. L'objectif de Marc Ledoux est de passer à 20 % de déposants dans les années à venir en accentuant la prime financière à l'inventeur ou au laboratoire. Le CNRS mise pour l'année 2009 sur des retombées financières de la cession de ses licences de l'ordre de 60 millions d'euros. Une manne que Marc Ledoux aimerait bien porter « à 100 millions dans les 3 à 4 ans, au vu de ce qui se prépare dans nos labos? »les PME innovantesLe centre public a accéléré aussi sa politique de transfert technologique. L'an passé, 37 entreprises ont été créées (+ 30 % sur un an), dont 25 jeunes pousses directement issues de ses laboratoires. Parallèlement, le CNRS a signé, en 2008, 1.700 contrats de collaboration de recherche avec des partenaires industriels, à l'image de celui conclu avec Orange et l'université de Nice pour créer un centre de recherche mutualisé sur les antennes (Crémant). Les partenariats avec les petites entreprises semblent plus difficiles à mettre en ?uvre. Marc Ledoux note le rôle fondamental qu'a joué la création des pôles de compétitivité pour identifier les PME innovantes. Le CNRS est d'ailleurs présent dans 62 pôles sur les 71 existants.Laurent Pericone

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :