Téhéran arrête un intellectuel de renom

 |  | 335 mots
Lecture 2 min.
« Ils ont arrêté Leilaz » : cette phrase fait le tour de la communauté iranienne expatriée depuis mercredi. L'économiste Sayeed Leilaz a été appréhendé il y a 2 jours à son domicile par des policiers en civil, a déclaré son épouse. Cette arrestation d'un intellectuel est une parmi d'autres dans le cycle d'émeutes qui a suivi l'annonce, samedi dernier, de la victoire de Mahmoud Ahmadinedjad à l'élection présidentielle iranienne. La police a multiplié les coups de filet, notamment parmi les journalistes de la presse « réformatrice ». Mais elle a provoqué la surprise en s'en prenant cette fois-ci à une figure totalement apolitique. Sayeed Leilaz est une personnalité originale en Iran. Historien de formation, il s'était fait une spécialité dans l'économie, joignant la théorie à la pratique puisqu'il a longtemps travaillé comme contrôleur de gestion chez Iran Khodro, le constructeur automobile national. Là, il recevait en bleu de chauffe, dans son bureau, accueillant ceux venus l'interroger avec une corbeille de fruits toujours pleine. Sayeed Leilaz était devenu une des meilleures plumes de la presse réformatrice, en particulier le célèbre quotidien Shargh. Il était aussi régulièrement cité par la presse étrangère. « Mais il avait toujours pris soin de rester à l'écart de la politique. Il n'écrivait pas dans cette presse engagée que parce qu'il n'avait aucune chance de faire publier ses analyses économiques dans les journaux conservateurs », explique un de ses amis iraniens réfugié en Europe. L'économiste avait rejoint l'équipe de campagne du candidat Mousavi, l'opposant à Ahmadinedjad qui conteste aujourd'hui sa défaite, pour bâtir son programme économique. Au lendemain de l'élection, Sayeed Leilaz n'avait pas caché sa conviction : « bien sûr que M. Mousavi a gagné » avait-il publiquement déclaré, osant une rare incursion dans la politique iranienne. « S'ils l'ont arrêté, cela veut dire qu'ils peuvent s'en prendre à n'importe qui », confie son ami exilé en Europe, en frémissant. Régis Arnaud Saeed leilazéconomiste iranie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :