Les gouvernements à la rescousse de l'automobile

3 mn

Acculés, les États se pressent au chevet de l'industrie automobile européenne malade. Aujourd'hui se tiennent ainsi en France les états généraux de l'automobile à Bercy, sous les auspices du secrétaire d'État à l'Industrie et à la Consommation, Luc Chatel. Une grande consultation médiatico-politique « à la française », avec interventions du PDG de Renault Carlos Ghosn, du président de PSA Christian Streiff, du commissaire européen à l'Industrie Günter Verheugen ainsi que du Premier ministre François Fillon. prêts à taux bonifiésLe chef de l'État Nicolas Sarkozy devrait dans la foulée annoncer de nouvelles mesures de soutien à l'automobile, notamment des prêts à taux bonifiés. L'État fournira « plusieurs milliards d'euros », a assuré hier Luc Chatel. Les sommes devraient représenter la moitié des besoins en financement des constructeurs français. Les pouvoirs publics ont déjà lancé en fin d'année dernière une prime à la casse de 1.000 euros d'un coup pour aider à maintenir le marché hexagonal. Coût prévu?: 220 millions d'euros. Les autres gouvernements européens se mobilisent également. Berlin vient d'annoncer une prime de 2.500 euros pour l'achat d'un véhicule neuf contre la destruction d'une voiture âgée. Et des mesures devraient voir le jour très prochainement en Espagne. Les perspectives pour le marché du Vieux Continent cette année sont mauvaises. Le consultant JD Power prévoit que les ventes de voitures en Europe occidentale diminueront de 16 % en 2009, soit 2 millions de véhicules en moins par rapport à 2008, à quelque 11,5 millions d'unités. Inquiétant. Après une chute draconienne de la production au dernier trimestre 2008, les constructeurs ont d'ailleurs à peine repris le travail dans leurs usines qu'ils doivent programmer de nouvelles suspensions de production. Renault va ainsi fermer ses sites de Flins et de Douai tous les lundis et vendredis d'ici à la fin janvier. L'usine roumaine de Pitesti (Dacia) sera pour sa part arrêtée la dernière semaine du mois. Chez PSA, le chômage partiel touchera Rennes pendant deux semaines en février, Mulhouse durant onze jours (ligne de la Citroën C4), Sochaux une semaine ce mois-ci (sur une des deux lignes), Poissy aussi une semaine. Le groupe a en outre indiqué que Vigo, en Espagne, réduirait sa production cette année à 298.000 unités, contre 440.000 en 2008.« transplants » nippons En Allemagne, près de 40.000 salariés sont concernés par le recours au chômage technique jusqu'à la fin mars sur les six sites de Daimler. Le constructeur à l'étoile va notamment interrompre sa production de Mercedes C du 19 janvier à la fin mars. Fiat, dont les usines italiennes ont été fermées du 15 décembre jusqu'à hier, devrait encore stopper sa production une semaine début février, une mesure qui touchera 48.000 salariés. Volvo Cars interrompra ses fabrications à Göteborg durant une semaine en février. Même les « transplants » japonais sont touchés. Honda prolongera ainsi de deux mois, en avril et en mai, l'arrêt de production déjà programmé pour février et mars dans son usine britannique de Swindon, qui compte 4.200 employés. Et Nissan va carrément supprimer 1.200 postes à Sunderland. L'usine anglaise emploie 5.000 personnes.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.