BNP Paribas veut convaincre

2 mn

Le cours de BNP Paribas a de nouveau atteint hier un plus-bas historique de 25,85 euros le renvoyant plus de dix ans en arrière, à l'automne 1998, avant de clôturer en baisse de 5,71 %. C'est de nouveau la perspective d'une recapitalisation qui est à l'origine de la dégringolade de la première banque française sur la majeure partie de la séance. « Les marchés réagissent aux pertes abyssales de Royal Bank of Scotland et à la décision du gouvernement britannique de venir à la rescousse de ses banques. BNP Paribas ayant un niveau de fonds propres plus bas que la moyenne, elle est parmi les banques françaises les plus exposées à la problématique d'une recapitalisation », explique un analyste.Face à cette pression, la banque de la rue d'Antin prépare ses arrières. Elle laisse entendre qu'elle présentera le 18 février un bénéfice net proche de 3 milliards d'euros pour 2008. Ce montant représente une chute de près de 60 % par rapport à l'année 2007. Peu d'analystes ont à ce point révisé leurs estimations qui tournent plutôt autour de 3,8 milliards d'euros. « Cela voudrait dire que BNP Paribas a réalisé une perte de 1,3 milliard d'euros au quatrième trimestre. Ce ne serait pas une bonne performance, mais combien de banques en Europe pourront en faire autant ? » tempère Pierre Flabbee, analyste chez Kepler Capital. « Toute la question est de savoir s'il s'agit d'un accident ponctuel lié aux seules activités de marchés ou si d'autres métiers comme la banque de financement sont à leur tour touchés », souligne un autre analyste.montage réfléchiAu sein de la banque, on répond que le manque à gagner est essentiellement lié aux aléas de la Bourse. « Toutes les banques ont des portefeuilles boursiers. Les ajustements de titres font logiquement pression sur les résultats, relativise une source proche. Par ailleurs, une partie des pertes du quatrième trimestre est assumée par l'achat de couvertures supplémentaires. »Paradoxalement, BNP Paribas pourrait trouver un avantage à noircir son dernier trimestre. « La banque a en effet provisionné des niveaux importants de dividendes sur les neuf premiers mois. Un mauvais dernier trimestre lui permet de réduire ce montant sur la fin de l'année et d'améliorer mécaniquement son niveau de fonds propres », explique un quatrième analyste. Selon lui, le groupe dirigé par Baudouin Prot pourrait ainsi récupérer 1 milliard d'euros de capital. Ce, avec la bénédiction de Nicolas Sarkozy qui conditionne la deuxième tranche du plan français de recapitalisation des banques à ce type de mesure. BNP Paribas se montre d'autant plus zélée [voir encadré] qu'elle devrait bénéficier d'ici à la fin du mois d'une nouvelle tranche de 2,5 milliards d'euros d'actions préférentielles au titre de ce plan. Ces actions étant assimilables à des fonds propres durs, sa solidité financière se verrait ainsi renforcée d'un total de 3,5 milliards d'euros de fonds propres durs supplémentaires.Ninon RENAUD

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.