Studio Canal construit une mini-major européenneGros projet...

 |   |  533  mots
Studio Canal construit une mini-major européenneGros projets internationaux en vue pour 2010 : « le Cercle rouge », « Dam Busters »...Le match entre Studio Canal et Studio 37, la filiale d'Orange, amuse les journalistes mais agace chez Canal Plus où l'on estime que les deux sociétés ne jouent pas dans la même cour. Depuis le rachat du britannique Optimum mi-2006 et de l'allemand Kinowelt en 2008, « notre ambition d'être une major européenne est réalisée, affirme Olivier Courson, patron du Studio Canal. Et nous sommes la seule ». La moitié du chiffre d'affaires de l'ensemble ? 400 millions d'euros en 2008 ? est généré par un catalogue de 5.000 films français et anglo-saxons, plus les 7.000 films de Kinowelt. Studio Canal assure l'exploitation de ce catalogue, en direct dans les trois pays, et cède les mandats à des tiers sur le marché international.« Optimum avait un savoir-faire en vidéo et était présent sur les salles. Nous leur avons apporté le catalogue Studio Canal qu'ils exploitent en Grande-Bretagne, des moyens et l'expertise pour développer la production et les ventes TV », détaille le dirigeant. Pour ne pas participer à l'engorgement des salles qui pénalise la carrière des films, Studio Canal se limite à une vingtaine de films par an distribués dans chacun des trois pays.Avec la force de frappe que lui confère sa présence sur ces trois territoires clés pour le cinéma, la priorité d'Olivier Courson est de lancer chaque année quatre ou cinq productions d'envergure internationale. Il amène par exemple, au marché du film à Cannes, un film d'animation en relief, « le Tour du monde en cinquante ans », au budget de plus de 25 millions d'euros. Mais les plus gros projets, initiés depuis plus d'un an, restent à venir. Cet automne débute le tournage aux États-Unis du « Cercle rouge », du Hong-Kongais Johnnie To, dont la moitié du budget (plus de 40 millions de dollars) viendra d'Asie.Studio Canal est aussi associé au remake d'un film de guerre anglais classique « Dam Busters », avec de spectaculaires raids aériens, qui sera produit par Peter Jackson, le réalisateur du « Seigneur des anneaux », pour un budget de l'ordre de 40 millions de dollars. Autre remake en chantier, celui de « New York 1997 », sous le titre « Escape from New York ». Près de 100 millions de dollars?le cas « Babylon AD », Pourtant, le premier grand projet du genre, « Babylon AD » de Mathieu Kassovitz, qui avait coûté 70 millions de dollars, et dont Studio Canal assurait la distribution en Europe, a connu un semi-échec. Olivier Courson rectifie : « Le film a réalisé près de 1 million d'entrées en France, 11 dans le monde. Nous avions acquis les droits sur l'Europe pour 15 millions de dollars. Les ventes en Allemagne ont rapporté 5 millions d'euros (6,8 millions de dollars). Globalement, nous sommes bénéficiaires. » La Fox avait conservé la distribution hors Europe. Un partage des risques auquel les majors d'Hollywood, qui distribuaient jusqu'ici en direct leurs films dans l'ensemble du monde, sont de plus en plus ouvertes, note Olivier Courson. À condition de trouver un partenaire qui leur apporte aussi des projets, et qu'elles estiment au niveau comme distributeur. Studio Canal se reconnaît? I. R. studio canal

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :