Pour les émergents, la cotation de Zhong Wang aura valeur de test

 |   |  455  mots
Face à un marché primaire réduit à sa plus simple expression depuis de nombreux mois, la cotation prochaine à Hong Kong de Zhong Wang (lire ci-dessous), un groupe d'aluminium chinois, est un événement en soi. En cas de réussite, cette opération pourrait en effet convaincre un certain nombre d'autres groupes de faire à nouveau appel au marché boursier. velléités de repriseDans le monde émergent, les candidats ne manquent pas. Et, si le marché des introductions s'est littéralement asséché cette année depuis le mois de janvier ? il a connu une chute de 96 % de ses volumes ? les gisements restent aujourd'hui encore, dans certaines régions, bien pourvus. Selon Thomson Reuters, l'Asie compterait, à elle seule, pas moins de 344 sociétés en attente d'une possible mise sur le marché. À Hong Kong, au-delà de Zhong Wang, une douzaine de groupes se seraient manifestés à cette fin, dont Lung Ming Investment ou Golden Concord parmi les plus importants. Outre l'Asie, la région du Moyen-Orient et de l'Afrique est également de celle à connaître certaines velléités de reprise dans ce domaine, avec un total de 27 sociétés recensées pour un montant total estimé à 3,4 milliards de dollars. Abu Dhabi s'est d'ailleurs récemment manifesté à ce sujet. Avec 8?% des réserves prouvées mondiales de pétrole, le petit État se prend déjà à espérer une répercussion de la stabilisation des cours du pétrole dans ses cours de Bourse. Depuis janvier, le marché d'Abu Dhabi, avec un gain supérieur à 10 %, se présente comme le plus dynamique depuis sa déconfiture de l'an dernier. « Il faudra sans doute attendre une stabilisation plus durable », a commenté hier le président de cette Bourse, Tom Healy, dans un entretien à Bloomberg TV. « Toutefois, si l'on en croit le monde bancaire, il n'y aurait aujourd'hui pas moins d'une quarantaine de sociétés prêtes à s'introduire sur notre marché. ». Selon lui, « ces opérations ne devraient guère commencer à se concrétiser au cours du trimestre », a-t-il toutefois ajouté, « l'intérêt des sociétés privées et familiales, notamment dans la distribution et les loisirs est bien réel ». Ces projets se doubleraient d'ailleurs d'un possible lancement le mois prochain d'un marché de trackers, autrement dit de fonds négociés en Bourse, voire l'année prochaine, du lancement de contrats à terme et d'options. Un bémol toutefois, ces projets sont encore largement conditionnés par une reprise pérenne. En outre, ils sont loin de concerner tous les pays. La prudence est encore souvent de mise ailleurs. En témoigne, la décision, hier, du groupe Kuwait Energy de décaler son introduction prévue pour la mi-2009 à Londres. Marjorie Bertouille

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :