Kurt Viermetz quitte Deutsche Börse

Comme son prédécesseur Rolf Breuer, le président du conseil de surveillance de l'opérateur boursier Deutsche Börse, Kurt Viermetz, a démissionné avant la fin de son mandat prévu en avril prochain. Et comme en 2005, les fonds d'arbitrage TCI et Atticus, qui détiennent ensemble 19,3 % des droits de vote, ont favorisé ce départ anticipé. Dimanche soir, Kurt Viermetz a présenté son âge, près de 70 ans, comme la cause principale de sa décision qui sera effective le 8 décembre. Mais nul n'est dupe.Voilà moins d'un mois, il avait exclu toute démission et envisagé de se représenter en 2009. Mais sa position était désormais intenable, car Kurt Viermetz était aussi président du conseil de surveillance de Hypo Real Estate, la banque allemande qui a été sauvée deux fois in extremis par l'État et les banques. Il avait quitté ce poste le 10 octobre. Cette position donnait du grain à moudre aux fonds spéculatifs qui réclamaient depuis des semaines la convocation d'une assemblée générale afin de destituer Kurt Viermetz. Ce dernier était en effet leur opposant le plus acharné au sein de la direction de Deutsche Börse.Certes, Atticus pouvait ainsi estimer que son départ allait " dans le sens de l'intérêt des actionnaires et du groupe ". Mais l'opérateur boursier, qui a rejeté formellement la demande de TCI - devenue caduque - d'une assemblée générale, ne baisse pas les armes. Deutsche Börse estime en effet que cette demande est " à comprendre dans le contexte " de la stratégie de " dépeçage " du groupe voulue par les fonds. Une stratégie jugée " dommageable ".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.