Union monétaire ensablée

 |   |  360  mots
Il y a des symboles qu'il ne faut pas négliger. Les dirigeants du Golfe auraient dû s'en souvenir lorsqu'ils ont décidé, il y a deux semaines, de faire de Ryad le siège de la future banque centrale du Golfe. Ce faisant, ils ont ignoré les vieilles rivalités régionales et oublié qu'à ce jeu-là, le projet d'union monétaire qui devait rassembler l'Arabie Saoudite, Bahreïn, les Émirats, le Koweït et le Qatar d'ici à 2010 risquait d'en souffrir. Voire de s'ensabler plus encore. Vexés de ne pas avoir été sélectionnés en lieu et place de l'Arabie Saoudite, les orgueilleux émiriens se sont rappelés au bon souvenir de leurs voisins. La deuxième puissance de la région a tout bonnement décidé de prendre ses cliques et ses claques et de quitter la table des négociations. « La porte n'est pas forcément fermée pour toujours », a commenté le ministre des Affaires étrangères émirien. Il n'empêche, le mal est fait, et les chances de voir un jour ces pays ériger une union monétaire sur le modèle européen s'éloignent. Sans les Émirats, la coalition, déjà entamée par le retrait d'Oman, et le cavalier seul du Koweït ? qui a opté pour rattacher le dinar à un panier de devises alors que les autres pays sont liés au dollar ? perd un acteur de poids. Quant au Conseil de coopération du Golfe, il accuse un raté de plus. L'union douanière elle-même patine, tandis que, du transport aérien à la finance, ces pays ont jusqu'à présent privilégié des logiques plus concurrentielles que complémentaires. Placé dans cette perspective, le retrait émirien ne devrait pas avoir « d'impact sur la note de ces pays », estime l'agence S&P. Selon elle, « les avantages économiques de l'union monétaire » seraient de toute façon « minimes », en raison justement « des unions douanières existantes et des régimes de taux de change uniformes entre les pays, à l'exception du Koweït ». Sur les Bourses locales, la nouvelle a d'ailleurs fait l'effet d'un « non-événement ». Marjorie Bertouille

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :