La CDC crée un leader

 |   |  713  mots
Vous avez choisi Veolia pour vous accompagner dans le développement à long terme de Transdev. Quel est le sens de cette opération ?Stratégique. L'objectif de la Caisse des dépôts en tant qu'investisseur est d'assurer le développement sur le long terme de ses filiales. C'est le sens du rapprochement sur un pied d'égalité que nous envisageons entre Transdev et Veolia Transport. Le monde va connaître des besoins considérables de mobilité : 3 milliards de personnes devront être urbanisées dans le monde dans les trente ans à venir, soit plus que depuis le début de l'histoire de l'humanité. La taille est appelée à devenir un élément de plus en plus important dans l'offre de transport, en raison des investissements à réaliser. L'autre facteur déterminant sera la capacité des entreprises de transport à être multimodales : elles devront être capables de faire une offre complète qui aille du transport à la demande en véhicule automobile jusqu'aux chemins de fer lourds. Dans cette perspective, contribuer à la création d'un leader mondial français des transports correspond pleinement au rôle de la Caisse des dépôts.Une telle opération aurait-elle pu être réalisée par le FSI ?L'horizon dans lequel la Caisse des dépôts place son engagement dans la création du nouveau groupe est plus long encore que la durée moyenne des investissements qui seront ceux du FSI (Fonds stratégique d'investissement), pourtant eux-mêmes déjà assez longs. J'ai toujours considéré que la Caisse des dépôts devait être un porte-avions, c'est-à-dire projeter à l'extérieur la puissance de la France, en l'occurrence des entreprises françaises, de ses constructeurs de matériel de transport, de son ingénierie, de son savoir-faire d'exploitant de réseaux de transport. Je rappelle par ailleurs que nous avons choisi de n'apporter aucune filiale de la Caisse des dépôts au FSI.Qu'est-ce qui a fait pencher la balance en faveur de Veolia ?Nous avons examiné avec le président de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts, Michel Bouvard, les propositions de Veolia et de Keolis. Nous avons été attentifs à la qualité du projet industriel et au potentiel de création de valeurs. Nous avons estimé que le projet avec Veolia Transport était celui qui permettait de mettre le mieux en valeur le savoir-faire français à l'international. Il devrait donner à la future entité une forte capacité à se positionner dans le secteur ferroviaire en France et en Allemagne. La Caisse des dépôts et Veolia ont pour objectif d'achever les négociations privilégiées d'ici à la fin de l'année.Le choix de Veolia est-il un choix politique ?Bien sûr que non. C'est un choix industriel. La décision a été prise afin d'offrir à Transdev les meilleures conditions pour son développement et afin que naisse un leader mondial. C'est d'ailleurs Joël Lebreton, le président-directeur général de Transdev, qui m'a convaincu en avril dernier d'enclencher ce projet.La RATP et la banque italienne Intesa Sanpaolo se désengagent-elles de cette future entité ?Nous avons conduit cette réflexion en parfait accord avec le PDG de la RATP, Pierre Mongin. La RATP a exprimé le souhait d'avoir essentiellement des actifs en contrepartie de sa sortie du capital de Transdev. Aucun actif n'a encore été déterminé et les discussions vont s'ouvrir. Avec Intesa Sanpaolo, elles sont en cours.La décollecte sur le livret A se poursuit. Cela risque-t-il de remettre en cause le financement du logement social ?Absolument pas. Cette décollecte doit être relativisée. Depuis le début de l'année, le surcroît de collecte pour le livret A et le livret de développement durable s'élève à 20,3 milliards d'euros, ce qui historiquement n'a jamais été atteint. 18,6 milliards d'euros avaient été collectés en 2008 qui était déjà une année exceptionnelle. Donc je ne suis inquiet ni à court terme, ni même à moyen terme. En outre, la loi de modernisation de l'économie de 2008 donne à la Caisse des dépôts la garantie de bénéficier en permanence d'un volume de liquidité égal à 125 % des prêts au logement social et à la politique de la ville.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :