Nyse-Euronext sécurise les dérivés de crédit

 |   |  511  mots
Poursuivre ses négociations sur les marchés de gré à gré sans avoir à s'inquiéter du risque de contrepartie : c'est désormais possible sur certains contrats de couverture contre le risque de défaut d'émetteurs de dette (Credit Default Swaps). Hier, Nyse Euronext et LCH. Clearnet ont donné le coup d'envoi à leur offre de compensation sur ce marché des dérivés de crédit. BClear, le service du Liffe (le marché des produits dérivés de Nyse Euronext) qui permet déjà depuis 2005 d'enregistrer et de compenser des transactions réalisées de gré à gré sur les produits dérivés d'actions et d'indices, vient en effet d'étendre son champ de compétence aux CDS. Trois premiers CDS sur des indices calculés par Markit (iTraxx Europe, iTraxx Crossover et iTraxx Hi-Vol) voient ainsi le jour sur BClear.La chute de Lehman Brothers, qui a mis en évidence l'importance du risque de contrepartie sur les marchés de gré à gré, a poussé les autorités à se pencher sur ces compartiments. Et les opérateurs boursiers ont été invités à réfléchir à des solutions. Aux États-Unis, CME Group accompagné de Citadel, et l'IntercontinentalExchange, qui prévoit de racheter la chambre de compensation Clearing Corp, ont fait des propositions. En Europe, Eurex est également dans la course.position nette uniqueCôté BClear, il ne s'agit pas d'offrir une plate-forme de négociation. Les intervenants ne souhaitent pas être visibles, souligne Ade Cordell, responsable des services aux professionnels pour le Liffe. Les participants soumettront, via Internet, les termes d'une transaction pré-négociée pour validation par BClear. Une fois la transaction confirmée et enregistrée, BClear transfère les données à LCH.Clearnet, qui assurera le rôle de contrepartie centrale en s'interposant entre les deux parties et permet ainsi la compression des positions en une position nette unique, laquelle sera calculée selon les besoins de garantie.Les opérateurs boursiers regardaient avec intérêt le marché des CDS depuis un certain temps maintenant. Le Liffe travaillait sur ce projet depuis un an et demi. Mais il a fallu trouver une solution répondant aux attentes des participants. Ces derniers ne souhaitaient pas des options ou des contrats à termes sur CDS, mais des CDS purs. Il a donc fallu adapter le système. D'autres CDS indiciels devraient rapidement suivre, notamment sur les indices CDX américains d'ici à fin janvier. Quant à élargir ce service aux CDS individuels, cela nécessitera une certaine standardisation du marché. Mais Ade Cordell se veut confiant, l'industrie y travaille. Aux États-Unis, Nyse Euronext a soumis avec LCH. Clearnet son dossier aux régulateurs. Il attend la réponse. Ces solutions de marché suffiront-elles ? Les autorités semblent prêts à prendre les devants. Aux États-Unis, le président du comité agricole à la Chambre des représentants, en charge des dérivés, Collin Peterson, a indiqué la semaine passée son intention de proposer en janvier un texte de loi imposant l'utilisation des chambres de compensation sur le marchés des CDS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :