Dubaï, la flambeuse, voit son risque de défaut s'éloigner

2 mn

C'est à court terme un lourd fardeau que vient d'ôter la banque centrale des Émirats arabes unis à l'un de ses membres, Dubaï. En souscrivant pour moitié à l'émission de 20 milliards de dollars se bons du Trésor faite par le gouvernement dubaïote, et ce à un taux d'intérêt de 4 % seulement par an sur cinq ans, l'institution a en effet envoyé un signal très fort aux investisseurs. « C'est le geste que le marché attendait », s'exclame l'un d'eux. « C'est la fin d'une forme d'incertitude, cette intervention marque une approche commune qui laisse penser que Dubaï peut désormais compter sur Abu Dhabi pour faire face à ses échéances cette année », ajoute un autre. Il était temps, car les investisseurs commençaient sérieusement à douter de la capacité de cet État à honorer ses obligations financières ? de l'ordre de 15 milliards de dollars en 2009 ? à court terme. Contrairement à Abu Dhabi qui peut s'adosser à de confortables revenus pétroliers, Dubaï a fondé sa croissance en investissant à crédit dans les domaines aussi variés que ceux de la finance, du tourisme, des services et de l'immobilier, et subit aujourd'hui de plein fouet leur retournement. déclicDans le seul secteur de l'immobilier, où les prix se sont effondrés, ce sont près de 45 % des projets qui ont été ajournés. « Dubaï est d'ores et déjà valorisée comme si elle était en état de banqueroute », relate un expert chez Schroders, faisant référence à la flambée du coût de l'assurance de sa dette souveraine (CDS) qui évoluait encore la semaine passée à des niveaux similaires à ceux de l'Islande. Le fait que Dubaï soit secourue par Abu Dhabi a donc de quoi créer un déclic. Même si le compte n'y est pas encore totalement pour Dubaï. Après la nouvelle, les CDS se sont hier considérablement détendus, tandis que la Bourse s'est envolée de près de 8 %. Marjorie Bertouille

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.