Discussions ouvertes sur Opel

Opel et son ancienne maison mère General Motors font monter les enchères. Malgré l'annonce, fin mai, d'un plan de sauvetage de la marque allemande par l'équipementier canadien Magna, allié à des intérêts russes, des discussions sont en cours avec d'autres repreneurs. « Nous discutons avec plusieurs candidats potentiels. L'issue est ouverte », confirme un porte-parole de GM. Pour sa part, Fred Irwin, président du conseil de la société fiduciaire qui gère temporairement Opel, a assuré hier au journal « Handelsblatt » que d'autres offres étaient les bienvenues.Une délégation du constructeur chinois Baic (Beijing Automotive Industry) doit rencontrer cette semaine des responsables d'Opel et a obtenu l'autorisation d'examiner ses comptes, tout comme le fonds Ripplewood. Fiat est aussi sur les rangs. Après une rencontre avec Sergio Marchionne, administrateur délégué du groupe turinois, le président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, avait affirmé, le 11 juin, que l'offre de Fiat était « toujours sur la table ».Quant aux négociations avec Magna, elles patinent. Le canadien essaye de « couper le plus profondément possible » dans les effectifs, assure Armin Schild, représentant d'IG Metall, qui siège au conseil de surveillance d'Opel, dans un entretien à l'hebdomadaire « Wirtschaftswoche ». Le syndicat veut obtenir le maintien de quatre sites outre-Rhin et l'absence de licenciements secs. Alain-Gabriel Verdevoye

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.