Michel Barnier, ancien ministre de l'Agriculture, eurodéputé PPE

 |   |  151  mots
Un commissaire européen n'est pas le représentant d'un pays. On reste patriote, on reste citoyen de son pays, mais on ne défend pas les intérêts de son pays. Donc je pense que la France aura, compte tenu de son engagement et de son statut de pays fondateur de l'Union européenne, des nouveaux enjeux auxquels elle veut participer. Elle aura la place qu'elle doit avoir à travers un de ses citoyens au sein de la Commission. »Il y a un problème, la disparition d'un secrétariat d'État dédié spécifiquement à la fonction publique. Depuis le début des années 60, c'est la première fois que l'on se retrouve dans cette situation où nous n'avons pas un interlocuteur spécifique. Notre crainte, c'est que la question des valeurs de la fonction publique soit un peu noyée dans un ministère. Je suis inquiet. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :