Coude-à-coude franco-chinois

 |   |  349  mots
Nicolas Sarkozy dans les pas de Hu Jintao ? Le président français entame aujourd'hui une tournée express de deux jours en République démocratique du Congo (RDC), au Congo-Brazzaville et au Niger, trois pays où la Chine est devenue un acteur diplomatique et économique majeur. Voilà plusieurs années que la Chine pousse méthodiquement ses pions sur le continent. En février, le président Hu Jintao s'est ainsi rendu au Mali, au Sénégal, en Tanzanie et sur l'île Maurice. Officiellement Paris se réjouit de l'intérêt que porte la Chine au continent africain. Mais le manque de transparence des financements chinois suscite une réelle inquiétude. Une question que ne manquera pas d'aborder aujourd'hui Nicolas Sarkozy avec son homologue congolais Joseph Kabila.Fin 2007, la Chine a accordé à la RDC un prêt de 9 milliards de dollars dont 6 destinés au développement des infrastructures et 3 pour la relance du secteur minier. Les anciens bailleurs de fonds s'inquiètent de voir Kinshasa contracter de nouvelles dettes alors qu'ils s'apprêtent à passer les anciennes à l'ardoise magique. Kinshasa a toutefois fait clairement savoir qu'il n'entendait pas se passer de l'aide de la Chine.plusieurs ministresNicolas Sarkozy gagnera ensuite Brazzaville, de l'autre côté du fleuve Congo, pour y rencontrer le président Denis Sassou Nguesso mais également, à quatre mois de l'élection présidentielle, l'opposition. Ce dernier fait l'objet en France d'une plainte pour « recel de détournement de fonds publiques » en raison de l'important patrimoine immobilier dont dispose sa famille en France. Le président français est accompagné de plusieurs ministres (Christine Lagarde, Brice Hortefeux, Alain Joyandet et Rama Yade) mais pas de Bernard Kouchner, qui vient pourtant de donner une longue interview à l'hebdomadaire « Jeune Afrique ».Nicolas Sarkozy fera enfin étape au Niger, où Areva a récemment perdu le monopole d'exploitation de l'uranium après l'obtention, en novembre 2007, par la société chinoise SinoU d'un permis d'exploitation de la mine d'Azelik. Le président participera à une table ronde sur l'initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :