Les fils Hersant reprennent les rênes de leur groupe

 |  | 442 mots
médiasGroupe Hersant Média (GHM) jette l'éponge dans les télévisions locales. Le groupe détenu par la famille Hersant négocie actuellement sa sortie de la plus importante de ses télévisions locales, Cap 24, qui émet en TNT sur l'Île-de-France et dont il détient 40 %. D'autres actionnaires comme les Caisses d'Épargne et Lagardèrerave;re souhaitent aussi se désengager, en cédant leur participation ou en se laissant diluer. Le dossier a été étudié par NRJ, mais actuellement il ne resterait que deux acquéreurs en lice : la chaîne Vivolta et un tandem associant Bernard Krief Consultants [repreneur d'Heuliez et candidat à la reprise de Christian Lacroix] et Xavier Gouyou-Beauchamps, qui détient déjà 10 % de Cap 24. Ce duo tiendrait actuellement la corde.Avant l'été, Cap 24 s'est séparée de 8 salariés sur 35. En 2008, elle a perdu 3,8 millions d'euros sur un chiffre d'affaires d'un million.difficultés financières Au total, GHM perdait près de 5 millions d'euros par an dans ses télés locales, et s'est déjà discrètement désengagée de ses autres chaînes. Celle d'Alsace a été fermée, celles d'Orléans et de Nîmes (Télé Miroir) ont été vendues. Cityzen à Caen serait en cours de cession. Quant aux chaînes attribuées en 2008 par le CSA à Toulon, Reims et Nice, elles n'ont toujours pas démarré.Cette inflexion stratégique intervient alors que la famille Hersant a décidé de reprendre sa société en main. Le président du directoire, Frédéric Aurand, vient de démissionner (« La Tribune » d'hier) pour être remplacé « de manière temporaire » par Philippe Hersant, le principal actionnaire, avec près de 20 % du capital. Il était précédemment président du conseil de surveillance, un poste qui échoit à son frère Michel, dit « Mick », qui dirige Mercury, une agence de publicité britannique.Cette reprise en main est liée aux difficultés financières de GHM. En 2008, l'excédent brut d'exploitation a reculé de 21 % (à 51 millions d'euros) et le résultat net a été légèrement négatif, sur un chiffre d'affaires en recul de 3 % à 900 millions. En effet, la vache à lait du groupe, le gratuit de petites annonces « Paru Vendu », est tombée dans le rouge, et voit ses recettes reculer de près de 25 %.Résultat : GHM ne respecte plus depuis plusieurs mois les clauses de ses crédits bancaires ? une dette de 150 millions d'euros contractée auprès de Natixis, BNP Paribas et WestLB. De difficiles négociations avec les banques ont été engagées, mais n'ont toujours pas abouti. JAMAL HENNI

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :