« La Turquie avec l'Europe, pas dans l'Europe »

 |   |  333  mots
La politique est parfois l'art du grand écart. C'est à cet exercice que devra se livrer le député UMP Pierre Lellouche, depuis qu'il a été nommé secrétaire d'État aux Affaires européennes, mardi dernier. Le même qui affirmait, en 2004, à propos de la Turquie : « Nous avons à côté de nous un grand pays musulman et laïc qui veut partager nos valeurs. Nous serions fous de lui dire non. Ce serait une erreur stratégique majeure. ». Le diplomate français, dont la nomination a été saluée par le Premier ministre turc (lire ci-contre) va devoir désormais suivre la ligne de son propre parti et, surtout, celle du président Sarkozy, qui n'a cessé de se prononcer contre une adhésion de la Turquie à l'Union européenne. « Il y a une politique, c'est celle du gouvernement, et j'appliquerai cette politique sans l'ombre d'une hésitation, », confie Pierre Lellouche à « La Tribune ». Le nouveau secrétaire d'État, qui, dans le passé, a enseigné à l'université de Galatasaray, emblème de la Turquie cosmopolite, francophile et francophone et qui compte beaucoup d'amis à Istanbul, insiste : « La Turquie a vocation à être avec l'Europe, mais pas dans l'Europe ». Atlantiste convaincu ? il a soutenu l'offensive irakienne de George Bush, contre la position du président Chirac ?, Pierre Lellouche a exercé la présidence de l'Assemblée parlementaire de l'Otan de 2004 à 2006. Il sait que ses déclarations dans le passé sur la Turquie lui vaudront une surveillance active au sein de son propre camp. Plusieurs députés UMP ont déjà déclaré jeudi qu'ils resteraient « vigilants ». Dans son agenda, la Turquie ? « un dossier compliqu頻 ? figure en bonne place dans les discussions sur les futurs élargissements. Le 3 juillet, il accompagnera le président Sarkozy à Stockholm, à l'occasion du lancement de la nouvelle présidence suédoise de l'Union européenne : il devra freiner les ardeurs des diplomates scandinaves, chauds partisans de l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne? L. J. B. et E. C.Pierre Lellouche

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :