L'Union européenne redécouvre les excédents laitiers

 |   |  357  mots
Promis, juré, les prix alimentaires devaient rester durablement élevés. C'est sur cette certitude que la Commission européenne a bâti sa politique de réforme de la politique agricole commune. Mais l'encre du compromis trouvé à la fin de la présidence française de l'Union à peine séchée, les prix alimentaires ont commencé à dégringoler. Les producteurs de lait notamment, déjà mal en point, sont aujourd'hui asphyxiés. Du coup, la Commission européenne s'est résolue à sortir l'artillerie lourde pour leur venir en aide. Des mécanismes d'intervention sur le marché que l'on pensait rayés à jamais de la mémoire bruxelloise ont été mis en place, comme des subventions à l'exportation ou encore des achats publics. « La sévérité de la baisse des prix des produits laitiers ces derniers mois en a surpris plus d'un », a reconnu la commissaire européenne à l'Agriculture, Mariann Fischer Boel. La chute est effectivement vertigineuse. Le prix du lait demi-écrémé en Allemagne, la référence pour ce secteur, est passé de 3.000 euros la tonne en juillet 2007 à 1.400 ces jours-ci. Même à ce niveau de prix bradé, le lait ne trouve pas d'acheteur. retour des subventionsLes stocks se reforment, alors que la Commission européenne a voulu « libérer » la production en augmentant progressivement les quotas pour les supprimer définitivement en 2015. « Nos producteurs n'arrivent même pas à remplir leurs quotas », peste un responsable de Copa-Cogeca, l'union des agriculteurs européens dont fait partie la FNSEA. Pour faire fondre les stocks, les producteurs de beurre, de fromage et de lait bénéficient à nouveau, depuis cette semaine, des subventions à l'exportation suspendues en juin 2007 du fait de prix à l'époque très élevés. Mais les acheteurs étrangers ne se bousculent point. La Commission se voit donc « obligée » d'acheter des quantités plus importantes que prévu de beurre (30.000 tonnes) et de poudre de lait (110.000 tonnes) à des prix garantis. Elle a en outre réintroduit des aides au « stockage priv頻 du beurre. n-50 % Le prix du lait demi-écrémé en Allemagne est passé de 3.000 euros la tonne en juillet 2007 à 1.400 en ce début de 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :