Accord sur le financement du passage au tout-numérique

 |   |  376  mots
Enfin ! Après des mois de divergences, un accord a été trouvé sur le financement de l'information et de l'accompagnement du public lors de l'arrêt de la télévision analogique. Il a été entériné jeudi soir lors d'une réunion du conseil d'administration du groupement d'intérêt public (GIP) France Télé Numérique, qui associe à parité l'État et les chaînes analogiques (TF1, M6, France Télévisions et Canal Plus).Celles-ci traînaient les pieds pour apporter leur contribution, arguant de la crise, et TF1 et M6 avaient même refusé en novembre de voter le budget du GIP. Mais face à ces réticences, Bolloréeacute;, NRJ et NextRadioTV (propriétaires des chaînes de la TNT Direct 8, NRJ 12 et BFM TV) ont proposé un plan B à la secrétaire d'État au Numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM). « Nos groupes seraient candidats pour se substituer [aux chaînes historiques] pour le financement du GIP à hauteur de 120 millions », ont-ils écrit le 19 mars à NKM. Cela en échange d'une « compensation » qui aurait été de reprendre le canal « bonus » que TF1, M6 et Canal Plus obtiendront lors du basculement au tout- numérique.Face à cette menace, ces dernières ont accepté de contribuer au budget total de 352 millions d'euros sur trois ans. Un budget néanmoins réduit par rapport aux 440 millions évoqués le 6 novembre par Éric Besson, prédécesseur de NKM. En effet, les chaînes ont quand même réussi à réduire leur contribution à 75 millions d'euros, alors qu'Éric Besson attendait 120 millions, et qu'elles avaient même initialement accepté un plafond de 150 millions. Toutefois, cette contribution sera entièrement versée en espèces, alors qu'il avait été envisagé qu'une partie soit apportée via des spots publicitaires concernant le passage au numérique. Au dernier moment, les chaînes ont arraché un budget de 5 millions d'euros pour rémunérer la diffusion de ces spots. Elles ont aussi obtenu de ne pas contribuer à l'aide à l'installation d'un décodeur TNT, pour les personnes âgées et handicapées, qui s'élèvera finalement à 59 millions, moins que les 100 millions évoqués par Éric Besson. En revanche, 100 à 120 millions, financés par l'État, iront à l'aide aux plus pauvres. JAMAL HENNI

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :