La relance Sarkozy

 |   |  187  mots
Filiation. Pour présenter hier midi le plan de relance dans les Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, le président du conseil général mais aussi ministre de la Relance, avait demandé à Sarkozy de l'épauler. Pas Nicolas mais Jean, le fils du chef de l'État, qui préside le groupe UMP du conseil général. Et que l'on présente comme le futur patron du département le jour où Devedjian cédera la place? Le plus riche des départements français consacrera cette année 585 millions d'euros à 192 opérations d'investissements (30 % du budget départemental), 100 millions de plus que prévu avant l'annonce du plan. L'État affectera par ailleurs 150 millions et remboursera 100 millions de TVA aux collectivités locales en contrepartie des travaux qu'elles engagent en 2009. « C'est le département qui ajoute le plus », a fièrement lancé Patrick Devedjian. Mais, pour financer ces dépenses, les Hauts-de-Seine devront recourir à un emprunt de 272 millions, ne serait-ce que pour compenser quelque 150 millions de moins-values fiscales liées à la baisse des droits de mutations. Le taux des impôts départementaux devrait, eux, augmenter de 4 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :