Christine Lagarde blâme les « ? banquiers irresponsables ? »

 |  | 328 mots
Lecture 2 min.
queLa signature de l'accord visant à prolonger le dispositif de médiation du crédit (voir ci-contre) hier à l'Élysée a rapidement pris une tournure politique. Deux mois avant la réunion des pays membres du G20, la ministre de l'Économie, Christine Lagarde, a réitéré sa mise en garde contre un retour aux excès sur les rémunérations : « L'actualité nous montre que certains [?] pensent que tout reviendra comme avant. Qu'ils pourront de nouveau verser dans les excès qui nous ont précipités au bord du gouffre. Ce serait une très grave erreur. » La semaine dernière, la ministre avait qualifié de « honte absolue » le paiement par les banques de primes garanties à leurs salariés.Les banques françaises, dont « l'attitude » a été jugée « responsable sur la rémunération des dirigeants » et « les paradis fiscaux », ont été épargnées par cette diatribe. Interrogé hier sur cette question, Georges Pauget, le directeur général de Crédit Agricolegricole SA, a insisté sur « le comportement différent » adopté par le secteur bancaire hexagonal, en comparaison de « certaines » banques anglo-saxonnes dont il dénonce « les pratiques ».Christine Lagarde a aussi averti qu'elle ne tolérerait pas que la « compétitivit頻 des établissements de crédit français « soit mise à mal par l'attitude de certains banquiers irresponsables, qui, eux, ont été sauvés par le contribuable ». « C'est une question de morale » et « d'équit頻, a-t-elle ajouté. La ministre de l'Économie réclame que « des mesures fortes » soient prises « dans ce domaine » au sommet du G20 à Pittsburgh. « Américains et Allemands partagent mon indignation », a-t-elle assuré. Une question à laquelle le président Obama devrait se montrer d'autant plus sensible qu'un nouveau scandale se profile chez Citigroup, banque qui a reçu 45 milliards de dollars de l'État américain et dont l'un des traders réclame des primes allant jusqu'à 100 millions de dollars que Citigroup lui aurait promis pour cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :