ZOOM

 |  | 681 mots
Lecture 3 min.
La Corse tranquilleD'autres vont chercher à s'isoler, à se couper du monde pendant quelques jours. Pas lui. Cet homme-là ne s'arrête jamais. Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP, le revendique : même pendant les vacances, il ne débranche pas, affirmant que « celui qui veut avoir la paix ne fait pas de politique ». C'est tout juste si notre quadra pressé s'accorde quinze jours de vacances en famille en Corse. « Cela fait quinze ans que nous allons à Monticello, en Balagne, juste au-dessus de L'Île-Rousse dont mon épouse est originaire. Je suis un amoureux de la Balagne, c'est l'un des endroits de Corse où l'on peut réellement bénéficier de la mer et de la montagne ensemble. » Vacances, vacances, c'est vite dit. Certes, l'ancien ministre du Travail reconnaît tout de même lever un peu le pied. Il en profite pour effectuer quotidiennement, dès 7 heures du matin, une « marche rapide d'une heure ». De la natation aussi et des balades en scooter. Au menu également, de la lecture ? « le Liseur » de Bernard Schlink, « Mangez-moi si vous voulez » de Jean Teulé ? et des visionnages de DVD. « Je peux en voir jusqu'à quatre par jour. » Et puis il y a des petits rituels comme ses visites pluriquotidiennes au fameux Bar des Platanes de L'Île-Rousse. « J'y vais à différentes heures de la journée. Le matin à 8 heures pour lire la presse quotidienne, sans jamais oublier ?Corse Matin?. J'y retourne en fin de matinée. Là, c'est le moment de la rencontre avec les copains en vacances dans la région : l'économiste Jacques Marseille ou encore des députés de la majorité. »De fait, la politique n'est jamais loin, à commencer par l'écriture. Chaque jour, à l'heure où les autres font la sacro-sainte sieste ? surtout en Corse ?, Xavier Bertrand s'attelle à la rédaction de son livre de réflexions qui sortira en 2010. L'écoute et la magie des ondes ensuite. Le patron de l'UMP garde à sa disposition? trois téléphones portables. « Je suis joignable en permanence. J'aime ça. Je donne et reçois tellement de coups de fil qu'un seul mobile ne me suffit pas. » Il faut dire que Xavier Bertrand passe son temps à consulter ses mails et les dépêches pour ne rien manquer de l'actualité : de quoi vite épuiser les batteries. Viennent enfin les escapades professionnelles. Ses trois enfants ne s'étonnent plus de le voir régulièrement quitter la villa familiale pour bichonner les élus locaux UMP? et travailler ses réseaux. « C'est vrai que c'est devenu un rituel. Quand je suis ici, j'anime une réunion de l'UMP en Balagne et deux autres en Haute-Corse et en Corse-du-Sud... » Sans oublier de rencontrer les socioprofessionnels. L'homme se targue de passer tous les jours au marché couvert de L'Île-Rousse pour serrer la main des commerçants et des touristes. Et il ne néglige pas non plus la vie sociale locale. Il considère que c'est grâce à son action, alors qu'il était ministre de la Santé, qu'est sortie de terre l'antenne médicale de Calvi? Bref, un véritable animal politique qui garde un ?il sur tout et prépare l'avenir?Le 15 août, il sera de retour en sa bonne ville de Saint-Quentin dans l'Aisne, où, pour rien au monde, il ne raterait un autre rituel : le match de foot avec la presse locale en clôture de l'opération Saint-Quentin plages. Car il n'a de cesse de le répéter à chacun de ses interlocuteurs : le seul, le vrai inventeur de l'installation des plages estivales en pleine ville, c'est lui et pas un autre. Tout le monde aura compris qui est visé. nDans sa valise : un BlackBerry, un iPhone et un mobile Samsung « dont l'appareil photo est formidable avec ses 8 mégapixels ».Son objet fétiche : un livre électronique Sony que lui a offert Nathalie Kosciuscko-Morizet, la secrétaire d'État à l'Économie numérique. « J'adore m'en servir pour lire des textes courts, comme les ?Fables? de La Fontaine, que je relis très souvent. » patron en vacances/Xavier Bertrand

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :