Casse limitée sur les indices boursiers

2 mn

Fondamentaux en berne ? en Allemagne, le climat des affaires (selon le baromètre de confiance IFO) a chuté à son plus bas niveau depuis mai 2003 ?, pétrole sous les 60 dollars, marchés des changes complètement déboussolés, avec un yen au zénith?: les indices boursiers ont encore vécu hier des heures folles. Et si une fois de plus le pire a été évité, avec des reculs en Europe compris entre 0,22 % sur le DAX et 4,11 % sur l'IBEX, le CAC 40 cédant pour sa part 3,96 %, à 3.067,35 points, un dérapage sans retour a été à craindre à plusieurs reprises. petit gainComme à la veille du week-end, l'amélioration est venue de la résistance affichée à l'ouverture de Wall Street permettant au Dow Jones de débuter la séance sur un petit gain, alors que l'indice de volatilité des actions du S&P 500 refluait légèrement, à 76,24 % (contre 82 % vendredi soir). Les marchés américains ont pu s'appuyer sur l'amélioration de façade des ventes de logements neufs, en hausse à 464.000 unités pour septembre, après la forte contraction observée en août. Une hausse qui masque une chute de 33,1 % sur douze mois, alors que les prix sont à nouveau orientés en baisse (? 0,9 % sur un mois et ? 9,1 % sur un an). Auparavant, le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, a fait savoir qu'une nouvelle baisse de ses taux directeurs était possible alors que l'inflation lui semble sous contrôle. Mais cela n'a pas rassuré les investisseurs, pas plus que les marchés n'ont repris confiance après l'annonce du gouvernement japonais de multiplier par cinq les montants injectés dans les banques en difficulté, jusqu'à 110 milliards de dollars. Sur le front des valeurs les banques figuraient à nouveau aux avant-postes de la baisse avec Société Générale en lanterne rouge du CAC 40 (? 16,1 %). Les industriels les plus exposés au recul de la consommation ont aussi lourdement chuté dans le sillage de Renault et de Peugeot. C. T.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.