Chahut sur les changes

Hier la livre sterling a confirmé sa poussée de fièvre de la veille. Il faut désormais débourser 1,6 dollar pour une livre. Une parité inconnue depuis septembre dernier. La devise britannique a ensuite subi de plein fouet la crise pour retomber le 10 mars dernier à 1,37 dollar. Sa violente remontée depuis lors confirme le caractère extrêmement volatil de cette monnaie. Volatil et imprévisible car la Banque d'Angleterre, qui a été la première à pratiquer une rémunération nulle de ses taux directeurs, ne semble pas devoir changer rapidement son fusil d'épaule. D'où le sterling tire-t-il donc sa force actuelle, qui pourrait lui permettre de repasser le cap des 80 pence pour un euro et celui des 160 yens selon les experts de la banque Mizuho ? Ces derniers considèrent que la faiblesse de la livre, qui se négociait à 2 dollars en novembre dernier, rend attractif tous les actifs libellés dans cette devise. Des arguments certes un peu faibles si on garde en tête la mise sous surveillance négative de la perspective de la note du Roayume-Uni confronté à un déficit public qui atteindra 12 % du PIB cette année. Mais cela n'empêche pas les cambistes de retrouver des qualités à la livre. L'économie britannique est en effet rentrée la première en Europe dans la crise, la logique voudrait qu'elle soit la première à en sortir. Le réveil de la livre s'inscrit donc comme partie intégrante du processus de normalisation qui caractérise tous les marchés financiers et toutes les classes d'actifs. À l'autre bout du monde, hier c'est le yen qui en faisait les frais. Les Japonais reprennent confiance. L'appétit retrouvé des investisseurs nippons pour les actifs étrangers a été mis en évidence par un rapport du ministère japonnais des Finances. Les tensions sur les emprunts d'État américains les attirent. Quant à l'or, il a encore gagné 2 % hier, à plus de 964 dollars l'once, son plus haut niveau depuis deux mois. Christophe Tricaud

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.