La BRI appelle à davantage de mobilisation en faveur de la stabilité financière

 |  | 633 mots
Lecture 3 min.
C'est un regard sans complaisance que la Banque des règlements internationaux (BRI) porte sur la crise financière et les réponses qui lui ont été apportées, dans son 79e rapport annuel rendu public aujourd'hui. « Si, dans l'urgence, les médecins ont pour priorité de sauver la vie du patient, ils sont aussi chargés de veiller à sa santé à long terme », rappelle la plus ancienne des institutions financières internationales. L'enjeu est de taille : « Aussi longtemps que les intermédiaires financiers resteront fragiles, toute amélioration de l'économie réelle ne saurait être que temporaire », affirme la BRI. Or, rien ne garantit que les mesures prises jusqu'à maintenant suffiront à remettre sur pied le système financier. Surtout, l'absence de stratégies de sortie des diverses mesures d'urgence adoptées depuis deux ans « pourrait entraver, plutôt que faciliter, les nécessaires ajustements macroéconomiques ».recapitalisation lenteDans le collimateur de la BRI : les programmes de sauvetage des établissements financiers, mais aussi les plans de relance budgétaire et la politique monétaire. Elle estime notamment que le travail d'élimination des créances douteuses et de recapitalisation des banques a été trop lent, « suscitant des interrogations quant à l'ampleur des pertes » et contrariant au final les efforts faits pour restaurer la confiance dans le système financier. Contribuant même à accroître la concentration du secteur financier et donc le risque systémique. « Au final, les établissements devront, sans doute, revenir à une taille plus modeste, avec un effet de levier moins important, et les détenteurs du capital devront, très probablement, se contenter de rendements plus bas », prévient l'institution de Bâle. « Dorénavant, un établissement trop grand ou trop interconnecté pour faire faillite devra aussi être trop grand pour exister », insiste-t-elle.Les plans de relance budgétaire sont eux aussi porteurs de risques. Non seulement les États risquent d'avoir épuisé leur capacité d'endettement avant d'avoir mené à bien l'assainissement du système financier. Mais ils pourraient, à moyen terme, entraîner une hausse des taux d'intérêt réels et des anticipations d'inflation.réformesLe risque est d'autant plus important que les banques centrales, de peur de casser la dynamique, ont souvent tendance à durcir leur politique monétaire très progressivement pour stabiliser l'expansion. En s'affirmant comme les intermédiaires en dernier ressort, ces dernières ont, en outre, créé un autre risque, celui « que les acteurs privés soient incapables de reprendre leurs activités d'intermédiation sans délais ou sans heurts ».Pour créer les conditions d'un système financier plus stable, la BRI appelle plusieurs réformes de ses v?ux. L'amélioration de la sécurité des instruments financiers pourrait par exemple passer par un enregistrement des produits, à l'instar de la certification des produits pharmaceutiques. Les titres les moins risqués seraient ainsi en vente libre, comme les médicaments délivrés sans ordonnance, certains instruments seraient accessibles avec une autorisation expresse, tandis que d'autres seraient tout simplement interdits à la vente. Pour améliorer la sécurité des marchés financiers, la BRI propose que les opérations de gré à gré soient remplacées par des transactions faisant intervenir une contrepartie centrale. Enfin, en termes de réglementation prudentielle des établissements bancaires, elle suggère la mise en place d'une « exigence de fonds propres pour risque systémique », conçue de telle façon que chaque établissement se voit affecter une charge proportionnelle à sa contribution au risque général. Quant aux fonds propres, pour l'institution de Bâle, ils doivent devenir anticycliques : les établissements devraient renforcer le volant de sécurité en période de prospérité, et celui-ci pourrait être mobilisé en période difficile. nRien ne garantit que les mesures prises jusqu'à maintenant suffiront à remettre sur pied le système financier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :