Le gouvernement supprime certains organismes inutiles

 |   |  402  mots
dministrationDans l'indifférence générale, la Commission supérieure de la médaille de la famille a cessé d'exister voici quelques semaines. Tout comme la Commission consultative d'acquisition de cartons, tapisseries et tapis, le Comité de la télématique anonyme, ou le Groupe de travail « intoxications oxycarbonées ». Les fonctionnaires désignés pour participer à leurs travaux pourront se consacrer à d'autres tâches plus exaltantes? Au total, sur les 545 commissions administratives existantes, 211 viennent d'être supprimées par le gouvernement. Les 334 commissions rescapées, grâce à l'intervention du ministre dont elles dépendent, ont vu leur vie prolongée de cinq ans. C'est le cas de la Commission des cinquante pas géométriques, qui relève de Bercy, du Comité de l'environnement polaire, qui dépend de Jean-Louis Borloo, ou du Comité d'experts pour la production d'?uvres réalisées en langue étrangère, sous la responsabilité de son collègue de la Culture. Au hit-parade des ministères les plus vertueux, figurent le Budget et le Logement, puisqu'ils ont accepté de sacrifier la moitié de leurs commissions (voir graphique). L'Intérieur n'a en revanche lâché que moins de 20 % de ses propres organismes.« Premier nettoyage »Ce premier « nettoyage » ne pourra que satisfaire le président de la République. Dans son discours devant le Congrès, il réclamait « d'identifier tous les organismes qui ne servent à rien ». Le message a été entendu. Dès la nouvelle équipe gouvernementale connue, Éric Woerth, qui a conservé les Comptes publics et la Réforme de l'État, a demandé à la Direction générale de la modernisation de l'État (DGME) et à celle du budget de lui faire parvenir pour la mi-juillet une autre liste d'organismes à supprimer. Leur disparition pourrait être rapide, puisque Éric Woerth envisage d'utiliser le projet de loi de simplification du droit, qui doit être examiné prochainement au Parlement, pour faire voter la suppression de certains d'entre eux. Il s'agit d'abord de certaines des 250 commissions créées par des lois, comme l'Assemblée des Français de l'étranger, dont le fonctionnement coûte 3,5 millions d'euros par an pour 4 réunions de? 4 personnes.Mais c'est parmi les « opérateurs de l'État » que le gouvernement compte faire des coupes plus significatives. Bercy passe donc au crible tous les établissements publics qui assurent une mission pour l'État. Plusieurs d'entre eux devraient faire les frais du « nettoyage ». n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :