Bercy moins sombre que le FMI

 |   |  308  mots
C'est inéluctable. Compte tenu des dernières anticipations de Bercy, qui table désormais sur un recul d'environ 1 % de l'activité au quatrième trimestre 2008, la révision des prévisions officielles de croissance 2009, comprises entre + 0,2 % et + 0,5 %, semble acquise. Le rythme sur lequel s'engage l'économie tricolore en ce début d'année est décidément trop faible pour atteindre cet objectif. Un retard à l'allumage que l'éventuelle reprise espérée au second semestre par le gouvernement aura toute les peines du monde à compenser. Cette révision interviendrait en mars, après la publication de la croissance du quatrième trimestre, le 13 février. En admettant son erreur initiale de diagnostic, le ministère de l'Economie fait donc amende honorable. Mais il convient de relativiser ce mea culpa. Il serait en effet étonnant que Bercy se rallie aux estimations du consensus des économistes qui vise une récession d'au moins 1 %. Pour mémoire, le Fonds monétaire international anticipe une réduction du PIB de 1,9% en France cette année, proche de l'estimation de la Commission européenne (- 1,8%).fin des déstockagesPourquoi un tel entêtement de la part de Bercy ? Par affichage politique, histoire de ne pas plomber un peu plus le moral des ménages et des industriels ? Peut-être. Hier, Christine Lagarde, a reconnu, sur LCI, que « le premier trimestre 2009 serait mauvais ». Au-delà, ses conseillers misent sur la fin des déstockages massifs dans l'industrie, qui entraînerait une timide reprise de la production. Bercy compte également sur la relative solidité de la consommation des ménages, stimulée par le net repli de l'inflation et ce, malgré l'absence de gains de pouvoir d'achat significatifs. Enfin, le ministère espère retirer 1 point de croissance du plan de relance et 0,5 point en provenance des plans de relances de ses voisins. Fabien Piliu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :