DTCC abandonne son projet de mariage avec LCH.Clearnet

 |   |  313  mots
La date butoir pour les négociations en vue d'une éventuelle fusion avec la chambre de compensation LCH.Clearnet était d'ores et déjà dépassée depuis un mois. Mais c'est seulement hier que l'organisme de compensation américain, Depositary Trust & Clearing Corp (DTCC) a jeté l'éponge. Devant l'absence d'accord avec LCH.Clearnet sur une base permettant de boucler la fusion, DTCC a indiqué hier « ne pas voir d'autre choix que de poursuivre d'autres alternatives stratégiques pour développer des services de compensation transatlantiques ». Mais DTCC n'exclut pas de collaborer avec LCH.Clearnet à l'avenir.ancrage en zone euroEn octobre dernier, les deux organismes, permettant de sécuriser les transactions en assumant le risque de contrepartie de tout intervenant, avaient signé un protocole d'accord en vue de leur éventuelle fusion. Mais deux obstacles sont venus tour à tour contrer cette idylle. Avec la crise financière, les autorités européennes ont pris conscience de l'importance de la compensation et établi, pour certaines dont la BCE, le principe d'un ancrage en zone euro. L'Américain n'apparaissait plus alors comme le partenaire de choix. La tentation de réguler ou de sécuriser des transactions de gré à gré a poussé les intervenants sur les produits de taux d'intérêt à la réflexion. Un consortium aux frontières mouvantes est né pour contrer DTCC. À ce jour, seul le courtier britannique Icap a confirmé en faire partie. Nomura et Barclays auraient rejoint le cercle, aux côtés de Deutsche Bank, HBSC, UBS, RBS, Citigroup et JP Morgan. Jusqu'alors, aucune offre n'a été avancée. Mais le consortium aurait indiqué par courrier son intention de se dévoiler d'ici à fin mai. Reste une autre voie pour LCH.Clearnet, sur laquelle le conseil d'administration (réuni mardi), n'a pas encore tranché : celle d'un rachat de ses propres actions pour changer de statut. C. Fr.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :