Renault et Nissan resserrent leurs liens

utomobileRenault et Nissan ont confirmé hier leur objectif de réaliser cette année 1,5 milliard d'euros d'économies au titre des synergies entre les deux entreprises. Alors que de nouveaux mariages tentent difficilement de se nouer dans l'industrie automobile mondiale, l'alliance Renault-Nissan reste, à ce jour, le seul exemple d'un rapprochement réellement réussi. Dix ans après avoir scellé leur partenariat, les deux constructeurs ont détaillé hier, comme prévu, un nouveau programme d'économies d'échelle.Troisième constructeur mondial avec 6,9 millions d'unités vendues en 2008 (y compris le russe Avtovaz), l'alliance prévoit ainsi 363 millions d'euros de synergies en 2009 dans le seul domaine, crucial, des fabrications et de la logistique. L'usine brésilienne de Renault produira deux véhicules supplémentaires de Nissan (Livina et Grand Livina), tandis que le site sud-africain de Nissan fabriquera la Dacia Sandero et la Dacia Logan pick-up (cette dernière sous le label Nissan).familles de moteursLes organes mécaniques généreront, pour leur part, 289 millions d'euros d'économies, d'après le chiffrage de l'alliance. Les deux partenaires échangent d'ores et déjà des moteurs. Mais ils vont accélérer leur collaboration, afin de créer en commun des familles de moteurs, ce qui générera des gains sur le plan du développement, des achats et des coûts de fabrication. Renault développe ainsi des mécaniques à essence turbocompressées sur la base de moteurs nippons.L'ingénierie pourrait contribuer à hauteur de 279 millions au plan d'économies envisagé, grâce à l'utilisation de plates-formes communes et de composants interchangeables. Renault et Nissan prévoient, par exemple, d'utiliser une plate-forme conjointe pour le projet de véhicule d'entrée de gamme fabriqué à Chennai, en Inde (voir encadré). Enfin, dans les achats, les synergies devraient déboucher sur un gain supplémentaire de 157 millions.D'autres économies sont attendues dans le commerce et le marketing (147 millions escomptés). Une seule société gère ainsi aujourd'hui l'achat d'espaces publicitaires pour Renault et Nissan en Europe. Mêmes efforts dans la recherche et les études avancées (115 millions). Les véhicules électriques de Renault et de Nissan seront équipés de batteries développées conjointement. Enfin, des économies sont espérées dans le secteur des véhicules utilitaires (une centaine de millions), avec là aussi une plate-forme commune, afin de produire deux modèles en Europe. Un vaste programme.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.