Clickair et Vueling officialisent leur fusion

 |  | 430 mots
Les deux compagnies aériennes espagnoles low-cost fusionnent. Clickair, qui a parmi ses principaux actionnaires Iberia et la société de construction ACS, et Vueling, contrôlée par le groupe Hemisferio, du patron de la maison d'édition Planeta, José Manuel Lara, ont communiqué hier soir à la CNMV, le régulateur boursier espagnol, les détails de l'opération, que leurs conseils d'administration avaient approuvée peu auparavant. La CNMV avait suspendu dans l'après-midi le cours d'Iberia dans l'attente de l'information des compagnies.L'opération, qui constituera "une union entre égaux", prendra la forme d'une absorption de Clickair par Vueling. La nouvelle compagnie, dont le siège social sera à Barcelone, sera cotée en Bourse, tout comme Vueling actuellement. Pour établir les termes de l'échange de titres, l'accord attribue lamême valeur aux deux sociétés. Selon le texte remis à la CNMV, les trois principaux actionnaires de la nouvelle entité résultant de la fusion, qui prendra elle aussi le nom de Vueling, seront Hemisferio, d'une part, et deux actionnaires de Clickair, d'autre part Iberia, qui sera par ailleurs le partenaire industriel de référence de la nouvelle compagnie, et la société familiale valencienne Nefinsa, déjà partenaire d'Iberia au sein de la compagnie aérienne régionale Air Nostrum.Clickair et Vueling tirent ainsi les conclusions de leur manifeste incapacité à faire face à la rude concurrence dans le ciel espagnol des compagnies low-cost étrangères. Les deux compagnies espagnoles ne jouissaient pas, en effet, de la masse critique leur permettant de faire face, par exemple, à Easyjet et à Ryanair, en pleine expansion au sud des Pyrénées. La hausse du prix du carburant avait achevé de compliquer leur situation. Dans ce contexte, les deux compagnies ne pouvaient continuer à éroder leurs marges pour tenter de maintenir leurs parts de marché.Vueling apparaissait sans conteste comme la plus vulnérable. Née en juillet 2004 et introduite en Bourse un an et demi plus tard, elle avait vu le titre chuter en 2007 de pas moins de 72,6 %. Le départ de son capital du fonds Apax, les divergences publiques entre ses actionnaires, la publication de deux avertissements successifs sur résultats, tout cela avait conduit à une véritable débandade des investisseurs. Clickair, sans passer par une phase aussi critique, n'en avait pas moins dû reporter à 2009 sa prévision d'atteinte du point d'équilibre financier.Le nombre de passagers transportés en 2007 par Clickair et par Vueling avoisine les 10,7 millions de passagers, soit moins que les 13,6 millions de Ryanair en Espagne, mais un peu plus que ceux d'Easyjet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :