EDF ouvre son parc nucléaire à Poweo

 |   |  573  mots
C'est une première. Pour ne pas risquer de se faire taper sur les doigts par Bruxelles, EDF a préféré montrer qu'il jouait le jeu de la concurrence dans la perspective de la libéralisation complète des marchés de l'électricité en juillet, en accordant une partie de ses capacités de production nucléaires au petit opérateur alternatif Poweo. Même si l'accord conclu hier avec son concurrent revêt un caractère symbolique puisqu'il ne porte que sur l'échange de 160 MW, il ouvre incontestablement le marché. Il permet à Poweo d'acheter de l'énergie nucléaire à EDF à un prix de marché pour une période de quinze ans. " Un niveau de prix, explique son PDG Charles Beigbeder, qui va nous permettre d'être présents sur le marché des particuliers et d'être compétitif à l'heure de l'ouverture totale du marché au 1er juillet. " Les marchés ont apprécié : le titre Poweo a bondi de 19,17 % à 43,45 euros hier. L'opérateur alternatif créé en 2002, qui comptait quelque 78.000 clients professionnels pour la fourniture d'électricité et plus de 5.000 clients pour le gaz fin 2006, se voit pousser des ailes.ACCORDS EUROPEENS EN VUE" Il nous manquait la fourniture électrique que nous avions sécurisée jusqu'à la fin 2008 pour les professionnels mais pas pour les particuliers ", argumente la société. Nous envisageons " la signature d'autres accords de même nature avec de grands énergéticiens européens ", précise Charles Beigbeder. Il s'est déjà allié à Verbund, l'EDF autrichien qui détient 21 % de Poweo et montera d'ici à 2009 à 25 %. Les deux partenaires se sont associés en avril pour créer une filiale commune de production appelée à financer un programme de 1.200 MW portant sur la construction de plusieurs centrales thermiques à cycle combiné gaz ou à charbon sur le territoire. À commencer par la centrale à gaz de Pont-sur-Sambre dont EDF bénéficiera d'une partie de la capacité à partir de sa mise en service en 2009 dans le cadre de l'échange industriel avec Poweo.Pour autant, la bataille commerciale sur les offres duales (gaz-électricité) s'annonce périlleuse. Poweo, à l'instar des autres petits opérateurs alternatifs comme Direct Énergie, devra rivaliser d'ingéniosité pour concurrencer les opérateurs historiques. Certes, le groupe de Charles Beigbeder se targue d'être le premier indépendant du secteur. Mais il demeure très petit face aux opérateurs historiques, avec un chiffre d'affaires de 170 millions d'euros et 75 salariés en 2005 contre 30,1 milliards et 109.000 personnes pour EDF en France. Poweo, qui dévoilera sa nouvelle offre commerciale gaz-électricité et ses nouveaux services en avril, a donc du potentiel devant lui.GUERRE DES PRIXDans l'électricité, deux ans après l'ouverture des marchés à l'ensemble des professionnels et des collectivités locales, la part de marché des opérateurs alternatifs ne cesse certes d'augmenter. Elle se situait à 5,3 % au 1er octobre 2006 contre 4,7 % trois mois plus tôt selon la Commission de régulation de l'énergie. Poweo a cependant vu sa part de marché passer de 50 % à 32 % en six mois après la montée spectaculaire de GDF sur ce marché. Avec 92.000 sites clients en électricité en France (à fin juin 2006), l'opérateur gazier multiplie ses offres duales en offrant notamment aux professionnels certains avantages comme un prix fixe pendant un an et une économie sur l'abonnement. Un package encore plus attractif que le tarif réglementé selon GDF. Autant dire que la guerre des prix ne fait que commencer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :