Procès entre Agnelli, patrons de Fiat

 |   |  405  mots
Demain s'ouvrira devant le tribunal civil de Turin un procès qui risque d'empoisonner durant des années le clan Agnelli, contrôlant Fiat. La première audience du procès intenté par Margherita Agnelli de Pahlen, fille de " l'Avvocato " Giovanni Agnelli , le maître défunt de la firme turinoise, contre trois principaux conseillers de son père mais aussi contre sa propre mère se tiendra à quelques encablures de l'empire industriel de la famille. Margherita Agnelli soupçonne que la réalité du patrimoine de son père, disparu en janvier 2003, lui a été dissimulée sciemment par les conseillers de son père lors des accords sur son héritage. Parmi ces biens figuraient des parts de la société familiale Dicembre contrôlant toutes les autres sociétés de la famille en aval : les holdings financiers Ifi et Ifil pour finir par le groupe Fiat. Officiellement, tant les accusés que la plaignante soulignent que la vente des parts de la société Dicembre par Margherita Agnelli à sa mère Marella (la veuve de l'Avvocato) ne sera pas mise en cause par l'issue du procès entamé demain.POSITION DOMINANTELe petit-fils de Giovanni Agnelli et fils de Margherita, John Elkann, tire justement son pouvoir sur le groupe Fiat de sa position dominante au sein deDicembre. " Il n'y a aucune bataille sur Fiat ", souligne ainsi l'avocat de Margherita, Girolamo Abbatescianni, dans un entretien à Panorama. Mais de source proche de la famille, on craint que cette contestation de l'héritage de l'Avvocato ne finisse par la tentation de remettre en cause l'équilibre des pouvoirs au sein de Dicembre et par contrecoup fragilise le pouvoir familial sur l'empire industriel. De plus l'offensive de Margherita vise directement les fidèles conseillers de son père et désormais de son fils, John, " gérant la fortune d'un tiers et se refusant à rendre des comptes " . Ces proches de l'Avvocato, Gianluigi Gabetti, Franzo Grande Stevens et Siegfrid Maron, se seraient volontiers passés de cette médiatisation. Gabetti est encore le président du holding Ifil détenant 30,4 % du groupe Fiat et Grande Stevens est le secrétaire du conseil d'administration de Fiat. L'initiative de Margherita devrait en tout cas avoir pour effet indirect de convaincre un peu plus Gabetti de céder au printemps la présidence d'Ifil à John Elkann (actuel vice-président) et de mettre ainsi fin à sa " régence " sur l'empire Agnelli.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :