Nouveau revers pour Danone dans son conflit avec Wahaha

 |   |  339  mots
Cette décision constitue le deuxième revers juridique pour le groupe français en quinze jours. La semaine dernière, Danone a été obligé de faire appel d'une décision d'un tribunal arbitral chinois en faveur de Wahaha.Cette fois, l'institut d'arbitrage de la chambre de commerce de Stock-holm, instance neutre dédiée à la résolution de conflits commerciaux entre l'Orient et l'Occident, a rejeté la demande de mesures de restriction du groupe à l'encontre du chinois formulée en octobre 2007. Il reste au tribunal arbitral suédois à rendre sa décision au fond. Danone estime que le rejet de sa demande reflète la volonté du tribunal de ne pas porter de jugement avant cette décision finale.Le groupe français cherche à empêcher Wahaha de créer de nouvelles filiales en dehors de leurs 39 coentreprises et d'augmenter les capacités de production d'autres filiales produisant sous la marque Wahaha, label reconnu de boissons, jus de fruits et eau embouteillée dont la part de marché est estimée à 15 % en Chine. Danone accuse Wahaha d'avoir créé des activités parallèles pour contourner leur joint-venture et vendre illégalement des produits Wahaha. Le manque à gagner serait de l'ordre de 25 millions de dollars par mois.METTRE FIN A CET AFFRONTEMENT AU PLUS VITEEngagés dans environ 25 procédures, réparties dans cinq pays, les deux groupes les ont suspendues le 21 décembre 2007 pour " créer un environnement amical pour des négociations de paix". Depuis, plusieurs tentatives de réconciliation entre le groupe présidé par Franck Riboud et Zong Qinghou, fondateur de Wahaha, se sont soldés par des échecs. En mars dernier, Wahaha avait affirmé avoir rejeté l'offre de Danone d'une cotation de leur société commune. Depuis, la tension entre les deux groupes s'est ravivée. Il n'empêche, le groupe est pressé de mettre fin à cet affrontement. Danone doit poursuivre la remise à plat de sa stratégie en Chine, après l'acquisition de deux nouvelles usines de produits laitiers à Pékin et Shanghai.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :