Dominique Bazy voit son rôle renforcé au sein de l'UAP

Dominique Bazy, jusqu'à présent directeur général délégué de la Compagnie UAP, devient directeur général d'UAP France, l'un des cinq centres de profit du groupe. Il remplace à ce poste Jean-Louis Meunier qui, selon nos informations, prendra les fonctions de directeur groupe assurance non-vie et sera responsable auprès du président des quatre activités transversales : grands risques industriels, réassurance, assistance et assurance transport. Dominique Bazy sera remplacé d'ici quelques semaines par une personnalité extérieure à son précédent poste. La réorganisation sera effective le 1er août prochain. Comme l'avait indiqué Jacques Friedmann à ses actionnaires il y a quelques jours, UAP France récupérera la haute main sur la stratégie d'investissement de l'assureur jusqu'à maintenant logée au sein du holding de tête mais déjà sous la responsabilité de Dominique Bazy. La gestion de l'informatique, des ressources humaines et des coûts de structures avait déjà été transférée à UAP France. La réorganisation ne s'arrêtera pas là. Un changement de structure d'UAP France devrait rapidement intervenir. Pour l'instant société anonyme présidée par Jacques Friedmann, UAP France deviendra une société à conseil de surveillance et directoire, présidés respectivement par Jacques Friedmann et Dominique Bazy. Si ce dernier se voit donc confier, sur le papier, des fonctions plus opérationnelles qu'auparavant, il prend en fait en main l'entité qui pèse le plus lourd au sein du groupe UAP, représentant 40 % de son chiffre d'affaires consolidé. Ce changement devrait être bien perçu par le marché. « Cette nomination marque la fin du époque : celle de la prépondérance du technique », relevait-on hier en interne, où l'on précisait que les trois pôles d'UAP France (UAP Vie, UAP Iard et UAP Collectives) sont confiés à des professionnels. L'instigateur de l'opération vérité sur les comptes Depuis son retour en mai 1995 place Vendôme, après un intermède de deux ans au Crédit Lyonnais où il a mis au point avec Jean Peyrelevade le plan de sauvetage de la banque, Dominique Bazy s'est attelé à la mutation du groupe d'assurances. Symbolique, son arrivée a marqué le débouclage du dossier britannique Sun Life et la normalisation des relations avec l'homme d'affaires sud-africain Donald Gordon. En fin d'année, Dominique Bazy plaidait en interne pour une opération vérité des comptes, parvenant en partie à ses fins en poussant l'UAP à passer 4,5 milliards de francs de provisions. Depuis, l'UAP a multiplié les cessions pour alléger son endettement. La vente d'UAP Allgemeine et l'introduction à la City de Sun Life & Provincial ont déjà permis de le réduire de 4,5 milliards. Enfin, pour régler le problème immobilier, l'assureur vient de céder 3,2 milliards de francs de créances. Autant d'opérations destinées à se redonner une certaine marge de manoeuvre qui ont été mises au crédit du directeur général délégué. Sa tâche prioritaire, à la tête d'UAP France, va désormais consister à redresser UAP Vie. D'une année sur l'autre, la contribution d'UAP France au résultat consolidé du groupe a en effet plongé de 1,718 milliard en 1994 à 587 millions en 1995, principalement du fait d'UAP Vie dont la contribution aux comptes consolidés a été négative de 795 millions. Nathalie Brafman

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.