RM + Bouygues Offshore décroche deux contrats dans le Pacifique

 |   |  240  mots
La conquête de nouveaux marchés sur les champs de pétrole en mer profonde d'Asie et d'Océanie n'est plus un mythe pour Bouygues Offshore. Le groupe français vient d'obtenir la commande de deux nouvelles plates-formes pétrolières au Bruneï et le mandat de cons- truire une usine d'acide citrique en Australie. Le montant des contrats a beau être modeste (180 millions de francs, soit 4,6 % du chiffre d'affaire), les analystes financiers y voient la volonté de s'implanter dans cette région. Volonté d'implantation. La cession, annoncée au printemps, de la filiale mexicaine Bosnor pour une trentaine de millions de francs, leur a aussi plu. En hausse de 4,18 % vendredi à 166,50 francs, l'action Bouyges Offshore a gagné 25 % depuis le début de l'année. Au sein du groupe parapétrolier, les analystes continuent toutefois à lui préférer ses pairs. Coflexip a gagné 38 % en six mois, Technip 52 % et la Compagnie Générale de Géophysique 64 %. Cette dernière est devenue l'un des chouchous de Wall Street, depuis sa cotation en mai aux Etats-Unis, qui lui a permis de lever la bagatelle de 410 millions de francs, soit 19 % de son capital. Cette opération avait été ouvertement souhaitée par des actionnaires parisiens. (La Tribune du 8 avril 1997). Plus récemment, Salomon Brothers et Jefferies l'ont couchée sur leur liste d'achat, tendis que le fonds Templeton a annoncé le 20 juin détenir 5,6 % du capital de Bouyges Offshore. Nicolas Thiéry

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :