« Nous surpondérons la Bourse de Paris »

Quel est votre scénario pour l'euro ? - On constate que des pays comme l'Irlande, la Suède ou l'Espagne répondent aux critères du traité de Maastricht, ce qui risque de ne pas être le cas de l'Allemagne et de la France. Nous estimons cependant que l'euro sera fait en temps et en heure mais sur une base élargie, en incluant l'Espagne, mais aussi l'Italie. Il existe une volonté politique française de faire l'euro sur cette base. Et l'on voit mal comment un pays du « noyau dur » comme l'Allemagne pourrait imposer à d'autres des conditions qu'elle a du mal à remplir. Comment s'explique la bonne tenue des marchés français depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir ? - La situation macroéconomique est favorable aux entreprises cotées, qui devraient afficher de bons résultats pour 1997 et 1998. Nous sommes en France dans un contexte de croissance raisonnable sans tension ni inflationniste ni sur les taux d'intérêt. Les mauvais chiffres du chômage prouvent, hélas, que les entreprises poursuivent leurs efforts de gains de productivité. Le nouveau gouvernement n'a par ailleurs pas remis en cause la continuité des politiques monétaire et européenne. Quelle est la part de la Bourse de Paris dans votre stratégie européenne d'allocations d'actifs ? - Par rapport à nos indices de référence, la France est surpondérée, tout comme l'Espagne et les Pays-Bas. Nous sous-pondérons le Royaume-Uni. Quelle sont vos valeurs favorites à Paris ? - Total, L'Oréal, Axa et Carrefour. Propos recueillis par Pierre-Henri de Menthon

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.