Le CAC 40 s'installe au-dessus des 1.900 points

Nous n'avons pas réussi à monter en décembre : j'espère que toute l'année sera à l'image des premières séances », déclare Jean-Philippe Debrie, spécialiste des options chez ODB. De fait, alors que tous les investisseurs se désolaient de l'atonie de la Bourse de Paris, celle-ci a gagné 9 % en un mois, depuis son plus-bas de 1.767 points atteint le 4 décembre 1995. Hier, l'indice semblait bien installé au-dessus de la barre psychologique des 1.900 points. En clôture, l'indice CAC 40 s'affichait à 1.942,96 points, en hausse de 1,81 %, dopé par les anticipations de baisse de taux (dans un volume de 3,5 milliards, dont 2,5 milliards sur le CAC). Le marché obligataire était lui aussi bien orienté : le contrat notionnel a terminé à 120,80 (+ 4 centièmes), après un plus-haut à 120,94. Le rendement des OAT s'est inscrit à 6,65 %, ses niveaux de la veille. Les étrangers, qui avaient initié des positions acheteuses dès la fin de l'an passé, continuent de parier eux aussi sur une détente des taux français. Sur le marché monétaire, le loyer de l'argent au jour le jour s'est détendu d'un seizième, pour s'inscrire à 4 9/16-4 11/1 6 %. « Il peut aller facilement à 4 % », prédisait hier un spécialiste. Enfin le franc français a continué de progresser et s'est affiché à son meilleur niveau depuis dix-huit mois, en dessous de 3,41 francs pour un mark, à 3,4060 francs pour un mark au mieux, contre 3,4140 mardi soir. Et le contrat Pibor trois mois a progressé de 9 centièmes, à 95,19, dans la foulée du franc. « Je ne regarde que les marchés obligataires, affirme Gérard Sagnier, trader au Crédit Agricole : ils sont historiquement très hauts en cours. C'est le cas pour les US T. Bonds, pour les bunds allemands et pour le notionnel du Matif. Cela nécessite un petit retour, ne serait-ce que pour consolider. Mais tant que le ralentissement économique rendra obligatoire une détente des taux, en Europe et sans doute, dans une moindre mesure, aux USA, les marchés obligataires conserveront leur tendance haussière. » Selon lui, l'objectif pour le notionnel est désormais 121,10, puis 123,50, une cible qui ne sera pas forcément atteinte directement. Dans ces conditions, le CAC 40 pourrait, en parallèle, déjà casser la barre des 1.940 points, puis aller chercher les niveaux de 2.000, là aussi avec quelques petits détours en route. Car si les indices allemands, anglais et américains sont autour de leurs plus-hauts historiques, le CAC 40 en est éloigné de plus de 300 points... Ce potentiel de rattra

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.