Espagne : Rajoy rattrapé par un scandale de corruption

 |   |  668  mots
Polémique en Espagne. Des documents publiés ce jeudi par le quotidien El Pais font grand bruit. Et pour cause : le nom du Premier ministre Mariano Rajoy apparaît dans une série de listes présentées comme des documents de comptabilité de son parti, le PP (Parti populaire). D’après cet extrait, il aurait reçu 25.200 euros chaque année entre 1997 et 2008, sous forme de versements trimestriels ou semestriels. Le chef du gouvernement a réagi en réunissant ce jeudi un comité extraordinaire exécutif du PP. Les noms d’autres grandes figures du parti populaire sont cités dans ces documents dont les plus anciens sont datés des années 1990. Parmi eux : Rodrigo Rato, le président de Bankia, Jaime Mayor Oreja, ancien ministre de l\'Intérieur ou encore Dolores Cospedal, l’actuelle secrétaire générale de la formation de centre-droit.Des versements de la part d\'entreprises du BTP?Ce dossier s’est ouvert le 16 janvier avec un article du journal El Mundo qui affirmait sans citer de noms que des responsables du parti avaient touché jusqu’à 15.000 euros par mois de la part d’entreprises privées. D’après le quotidien, elles consistaient en commissions remises par des sociétés de bâtiment et travaux publics. Or, ces versements présumés auraient été réalisés en plein essor du marché immobilier espagnol dans les années 2000. Et certaines de ces entreprises auraient justement bénéficié de contrats publics. “Certaines de nos sources affirment que Mariano Rajoy et José Maria Aznar [un prédecesseur de l’actuel Premier ministre] ne pouvaient pas ignorer ces agissements“, explique Pablo Rodriguez, journaliste chez El Mundo.\"L\'affaire Barcenas\"Les fameux documents publiés ce jeudi auraient été rédigés notamment par un ancien trésorier du parti, Luis Barcenas, limogé en 2009 après une implication dans une affaire de financement illégal. Une enquête menée par la justice espagnole à son sujet a révélé que 22 millions d’euros avaient transité sur un compte en Suisse détenu par l’ex-argentier du PP. Une bombe au sein du PP dont certains membres n’hésitent plus, désormais, à diffuser des informations dans la presse.Démenti du PPLe Parti populaire a fermement démenti ces accusations, mais pour l’instant, aucune plainte n’a été déposée. “Nous n’avons absolument rien à cacher“, a ainsi affirmé Maria Dolores de Cospedal, la secrétaire générale du PP lors d’une conférence de presse ce jeudi. Selon elle, même si un membre du parti, Pio Garcia-Escudero a reconnu avoir obtenu 5 millions de pesetas en 2000, cela ne prouve en rien l\'authenticité des listings manuscrits.De leur côté, des membres de l\'opposition se sont emparés de l\'affaire pour réclamer le départ de Mariano Rajoy. C\'est le cas notamment de l\'ex-ministre de l\'Intérieur socialiste Antonio Camacho, qui a appelé le Premier ministre espagnol à \"prendre ses responsabilités\".Des gens \"descendront dans la rue demain\"Malgré les dénégations du PP, l’affaire a de quoi se révéler explosive dans une Espagne minée par la récession et le chômage. Elle pourrait même réveiller la colère des \"Indignados\". “Cette affaire est un vrai tournant. Pour la première fois les gens vont réagir. Certains descendront dans la rue demain, voire dès ce soir“, prédit même Pablo Rodriguez. “Nous avons publié en une de notre site des images de notre plus grand rival, El Pais”, souligne le journaliste d’El Mundo, qui y voit un signe fort du consensus que devrait susciter l’affaire. Si, pour l’heure une démission du Premier ministre ne lui semble pas envisageable, de nouvelles révélations sur fond de crise économique aggravée pourraient à ses yeux contraintre Mariano Rajoy à convoquer des élections anticipées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :