L'heure du marketing mobile a sonné

Une décennie, c'est au final ce qu'il aura fallu au marketing mobile pour devenir une réalité. Après moult tâtonnements et autant d'expérimentations, les marques semblent enfin avoir trouvé le moyen de garder un contact permanent avec les mobinautes. Un moyen qui a pour nom application. La technologie n'est pas franchement nouvelle, mais la révolution des « i » d'Apple ? iPod Touch, iPhone et maintenant iPad ? tous associés à son App Store (magasin virtuel qui permet de télécharger depuis son écran des applications gratuites ou payantes) a largement contribué à la généraliser. « L'iPhone a maintenant plus de deux ans, les annonceurs sont confortés par le fait que la plate-forme est pérenne et qu'ils vont pouvoir amortir leurs investissements », commente Branislav Peric, consultant en nouveaux médias. Autre raison d'y croire, l'Internet mobile n'est plus réservé à une toute petite minorité. Selon l'Arcep, l'autorité de régulation des communications, la proportion de la population qui dispose d'un mobile et l'utilise pour consulter Internet a doublé en un an. Au total, ce sont cinq millions de Français qui surfent sur leur mobile quotidiennement. Et parmi eux, un bon nombre de jeunes et de cadres, les cibles chéries des annonceurs. technique de l'encerclementRésultat, depuis quelques mois, pas une semaine sans qu'une marque ne lance son appli. « Toutes les marques qui ont un réseau de distribution y voient le moyen d'apporter de nouveaux services à leurs clients. Géolocalisation, liste de courses, présentation de nouveaux produits, jeux, les applications leur permettent d'encercler les consommateurs en douceur », poursuit Branislav Peric. Mais attention, prévient le consultant, si l'usage de l'Internet mobile se généralise, l'audience est encore réduite. « Le lancement d'une appli s'inscrit dans une stratégie globale, elle ne vient pas en substitution, elle complète un dispositif. » Une donnée qui n'a pas échappé à Lissac.À la mi-janvier l'opticien se lançait dans l'aventure. Les heureux possesseurs d'un iPhone peuvent grâce à elle tout savoir des termes de l'optique, découvrir l'ensemble de la collection de lunettes, localiser les magasins et gagner l'une des trois cents paires de lunettes de soleil, signée par une grande marque italienne, mises en jeu. « Le lancement de cette application permet à Lissac de réaffirmer son attachement à l'innovation. Au-delà, il y a bien évidemment la volonté de soutenir le trafic en magasin et d'apporter des informations à nos clients », avance Murielle Lenoir, responsable de la communication de l'enseigne. Avant d'ajouter qu'elle n'a pas les yeux fixés sur la comptabilité des téléchargements. « Nous sommes sur un produit de grande consommation, l'important c'est de suivre la courbe de croissance. Aujourd'hui avec près de quatre cents connexions, nous sommes satisfaits de ce coup d'essai dont l'objectif est aussi de créer du buzz sur les réseaux sociaux. » Un buzz pour lequel les annonceurs doivent tout de même investir. « Entre 30.000 et 40.000 euros pour une appli classique, jusqu'à 200.000 euros pour celle qui s'apparente à un jeu vidéo », indique Branislav Peric. Autant dire que les appli, comme tous les supports de communication, devront démontrer leur capacité à créer du retour sur investissement... Rita Mazzol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.