L'immobilier américain perd le soutien de la Fed

 |  | 288 mots
Lecture 1 min.
Conformément à son calendrier, la Réserve fédérale a clôturé ce mercredi son programme d'achats d'obligations adossées à des prêts hypothécaires (MBS). Lancé en janvier 2009, il avait pour but de réduire les taux d'emprunts pour les ménages, via l'achat de 1.250 milliards de dollars de titres, avec comme objectif final de relancer un marché immobilier américain sinistré depuis l'éclatement de la crise des subprimes.un marché fragileLa Fed détient désormais entre 20 % et 25 % des 5.400 milliards de dollars de MBS en circulation et le retrait de ce soutien massif inquiète. « Les marchés redoutent qu'il induise une baisse de la demande de titres et donc une remontée des taux hypothécaires », souligne Teddy Dewitte, responsable taux chez Nomura. « Les investisseurs seraient alors confrontés à un phénomène de convexité négative, car cette hausse se traduirait par une augmentation de la duration de leurs portefeuilles hypothécaires. Les gérants devraient alors céder une partie des bons du Trésor américains qu'ils détiennent pour gérer leur duration, et ces ventes forcées pousseraient un peu plus les taux américains à la hausse », explique-t-il.En outre, si la mesure a permis de faire chuter les taux des obligations adossées à des prêts hypothécaires, qui servent de référence pour l'octroi de prêts immobiliers aux états-Unis, le marché américain reste très fragile. Alors que le taux moyen des obligations à 30 ans a touché un plus bas historique de 4,71% en décembre dernier et s'établissait à 4,99% au 25 mars, contre un pic de 5,59% en juin 2009, les ventes de maisons neuves ont touché en février leur plus bas niveau depuis 1963. J. B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :