Libre-échange transatlantique : "Entre partenaires, on n'espionne pas ! "

 |   |  491  mots
Les révélations du magazine allemand Der Spiegel n\'ont surement pas fini de faire parler...Il a en effet dévoilé ce dimanche que le grand programme d\'espionnage électronique américain mené par la NSA (Agence nationale de sécurité) visait notamment l\'Union européenne (UE). Après avoir pris connaissance de ces révélations, le coprésident du Front de Gauche Jean-Luc Mélanchon a réclamé \"l\'arrêt immédiat des négociations\" commerciales entre l\'UE et les Etats-Unis, et a demandé que \"la France accorde l\'asile politique\" à Edward Snowden, \"qui a permis de démasquer ce complot\", et que Der Spiegel cite comme étant une de ses sources. \"Les Etats-Unis d\'Amérique espionnent l\'Union Européenne. Or, le mandat de négociation de la Commission européenne en vue d\'un marché unique avec les Etats-Unis est resté caché pour les citoyens et les parlementaires, au motif du secret des pourparlers. Je demande l\'arrêt immédiat des négociations et la publication du mandat européen\", a ainsi écrit Jean Luc Mélanchon dans un communiqué.Laurence Parisot attend \"une réaction forte\" sans pour autant casser les relations La présidente sortante du Medef, le syndicat patronal français, Laurence Parisot, n\'est pas de cet avis. Si elle juge tout de même les révélations du Spiegel \"très graves\", elle attend \"de l\'Union européenne une réaction forte, sans pour autant évidemment casser toutes les relations, y compris la préparation de la négociation d\'un nouveau traité de libre échange entre l\'Europe et les Etats-Unis\", a-t-elle expliqué au micro d\'Europe 1. \"Il faut demander des explications\"; \"il faut être exigeant, mais ne surtout pas rompre les ponts de l\'échange, du commerce et du business\", a-t-elle ajouté. Mais si les faits révélés étaient avérés, difficile de croire que les relations entre américains et européens ne se dégradent pas, comme l\'expliquait samedi soir le président du Parlement européen, Martin Schulz : \"Si cela se confirme, il s\'agit d\'un immense scandale (...) Cela nuirait considérablement aux relations entre l\'UE et les Etats-Unis\".\"Entre partenaires, on n\'espionne pas\"De même, la commissaire européenne à la Justice Viviane Reding a pour sa part assuré dimanche qu\'\"entre partenaires, on n\'espionne pas\", remettant en cause la négociation d\'un accord de libre-échange transatlantique si le doute n\'était pas levé sur les allégations d\'espionnage de l\'UE par les Etats-Unis.\"On ne peut pas négocier sur un grand marché transatlantique s\'il y a le moindre doute que nos partenaires ciblent des écoutes vers les bureaux des négociateurs européens\", a déclaré lors d\'une rencontre avec des citoyens au Luxembourg la commissaire européenne. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :