UMP : Oui, Nicolas Sarkozy pouvait donner plus...mais il n'est pas trop tard !

 |   |  487  mots
Trop pingre Nicolas Sarkozy ? La question semble en tout cas ne pas se poser pour Bernard Debré. Le député UMP de Paris n\'hésite pas à dire que l\'ancien chef de l\'Etat aurait en effet pu être un peu plus généreux vis-à-vis de l\'UMP suite à l\'appel aux dons lancé par le parti quand le Conseil constitutionnel a annoncé début juillet qu\'il ne validait pas les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.Une (très) mauvaise nouvelle pour le principal parti de l\'opposition qui s\'est retrouvé à devoir rembourser 11 millions d\'euros en moins d\'un mois.  \"Nicolas Sarkozy a donné 7.500 euros, oserais-je dire qu\'il aurait pu donner un peu plus parce qu\'il était caution solidaire ? (...) Je lui dirais oui. Il faut faire un effort supplémentaire. J\'aurais aimé qu\'il le fasse et qu\'il puisse montrer l\'exemple\", a ainsi estimé le député UMP mardi sur iTélé. La loi limite les dons à 7.500 euros par parti mais c\'est différent pour la personne qui se porte cautionMais l\'ancien locataire de l\'Elysée aurait-il seulement pu contribuer davantage? Réponse: oui. Et il n\'est d\'ailleurs pas trop tard. Deux moyens permettent en effet à l\'ancien chef du parti de faire un don supérieur au plafond légal de 7.500 euros. Tout d\'abord, Nicolas Sarkozy aurait pu donner plus en tant que caution solidaire de l\'emprunt contracté par le parti, comme l\'a précisé par Bernard Debré. \"La loi limite les dons à 7.500 euros par personne et par an, mais légalement, il n\'y a aucune limite concernant la caution\", confirme-t-on au Parti socialiste.La loi permet encore de faire plusieurs dons à plusieurs partisEnsuite, Nicolas Sarkozy aurait également pu, caution ou pas, donner davantage en faisant des dons aux micro-partis qui gravitent dans la galaxie UMP. Une façon de contourner la limite des dons d\'un montant maximum de 7.500 euros par parti puisque tous les dons faits à ces petits partis atterrissent dans les caisses de l\'UMP. Une méthode qui pourrait bientôt disparaître avec le prochain vote des amendements écologistes souhaitant limiter les dons non plus par parti mais par personne. Adoptés à l\'Assemblée nationale début juin, les amendements sont désormais entre les mains du Sénat. Quoi qu\'il en soit, le parti a obtenu un délai supplémentaire de deux mois afin de rembourser sa dette. La date butoir avait été initialement fixée à ce mercredi 31 juillet. Reste donc encore quelques jours au parti pour tenter de récolter les 2,7 millions qui lui manquent. Faute de quoi, les banques pourraient se tourner vers Nicolas Sarkozy, en tant que caution solidaire de l\'emprunt contracté par le parti. L\'ancien locataire de l\'Elysée pourrait alors être sommé de mettre la main au porte-monnaie.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :