Luxe

 |   |  214  mots
La marge opérationnelle d'Hermès, qui passe de 22,8 % à 28,3 % entre les deux premiers semestres 2009 et 2010, et ses ventes en hausse de 20 % viennent confirmer la nouvelle flambée du secteur du luxe. Avant Hermès, LVMH a annoncé un chiffre d'affaires en croissance de 16 %, Gucci de 11 % et Swatch de 22 %. De quoi laisser les analystes pantois. Certes, l'effet devise d'un euro (monnaie de production) déprécié face au dollar et au yen (monnaies de vente) a joué en faveur des grands groupes. Mais les riches clients du monde entier ont surtout choisi de ne pas différer plus longtemps leurs achat de montres, sacs et autres vins fins. Tous les secteurs repartent sur des taux à deux chiffres, y compris les plus déprimés de l'an dernier, comme les montres, la joaillerie et le champagne, victimes de déstockage. L'effet de comparaison est cependant très bon ce semestre et le sera moins pour la deuxième partie de l'année. Autre bonne surprise, l'Europe et la zone Amérique repartent (respectivement + 17 % et + 26 % par exemple chez Hermès) alors que dans le secteur de la grande consommation, seuls les pays émergents jouent le rôle de moteur. Après les ventes en berne de 8 % en 2009, le secteur pourrait donc finir 2010 en croissance de 5 %. S. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :