Ouragan Sandy : Obama vole au secours de New York

 |   |  671  mots
Inondations, incendies, coupures de courant... L\'ouragan Sandy frappe l\'Amérique de plein fouet après avoir dévasté les îles Caraïbes, où 67 personnes sont décédées. Aux Etats-Unis, 16 personnes sont mortes selon un bilan rapporté par l\'agence AP. Et face à cette situation, plusieurs quartiers de la ville de New York, en plein sur son passage, vient d\'être placée en situation de \"catastrophe majeure\" par Barack Obama. Des régions du New Jersey voisin font l\'objet de précautions similaires.Evaluation chiffrée des besoinsCette déclaration officielle permet de mettre en place des mesures d\'urgence et de débloquer des aides publiques. Elle est encadrée par le \"Stafford Act\" de 1974. En pratique, le gouverneur de l\'Etat requiert du président qu\'il place une zone touchée par un événement grave en état de \"catastrophe majeure\". La demande comporte une évaluation chiffrée des besoins de la zone en danger.Activation de l\'aide fédéraleJuridiquement, cela permet d\'activer des mesures d\'urgence ainsi qu\'une série de programmes d\'aides fédérales, qui sont chapeautées par l\'Agence fédérale de gestion des crises (FEMA). Parmi elles : la nomination d\'un coordinateur sur place (dans le cas présent, il s\'agit de Michael Byrne ancien pompier de New York), un hébergement temporaire, des prêts à taux très faible, des subventions, un soutien psychologique. Leur activation n\'est pas automatique : elles doivent être fondées sur les requêtes préalables formulées par le gouverneur. Une évaluation également être prise en compte par les compagnies d\'assurance, même si ces dernières déterminent leur propre niveau de catastrophe.Des prêts allant jusqu\'à 2 millions de dollarsEn l\'occurence, des programmes d\'aide fédérale pour les comtés de New York concernés par l\'état de \"catastrophe majeure\" viennent d\'être annoncés. Ils prévoient des prêts allant jusqu\'à 2 millions de dollars pour des biens appartenant à des entreprises et qui ne sont pas totalement couverts par les assurances, 500.000 dollars pour les exploitations, 200.000 dollars pour les résidences principales ou encore 40.000 pour les biens personnels.L\'Etat fédéral s\'engage en outre à payer \"au moins 75% des frais relatifs à l\'enlèvement des débris\", et \"au maximum\" 75% des frais relatifs à la mise en place de mesure de protection contre les risques liés aux effets de l\'ouragan.>> A lire aussi : Sandy, un ouragan qui pourrait coûter des milliardsLe précédent KatrinaEn 2005, ce mécanisme avait tardé à se mettre en place. Les autorités locales, d\'une part, paralysées par l\'ampleur des inondations et des destructions avaient mis du temps (5 jours) à réunir les éléments nécessaires pour formuler la demande. D\'autre part, l\'administration fédérale, alors dirigée par George W. Bush, avait fait montre de passivité. A moins d\'une semaine de l\'élection présidentielle américaine, Barack Obama a évidemment choisi de montrer qu\'il pouvait, au contraire, agir rapidement.Ailleurs, l\'état d\'urgence Pour l\'heure, les autres Etats situés sur la route de Sandy ne sont pas concernés par cette situation de \"catastrophe majeure\". Mais le Delaware, la Virginie, Rhode Island, la Pennsylvanie, le Connecticut, le district de Columbia (où se situe la capitale, Washington), le Massachusetts et le Maryland ont été placés en état \"d\'urgence\", le niveau juste en dessous._______Pour en savoir plus :>> Les vidéos de l\'ouragan postées par les internautes sur YouTube>> DIAPORAMA Ouragan #SANDY, le jour d\'après>> DIAPORAMA \"Ouragan sur New-York\"... En attendant Sandy>> Le NYTimes a placé une webcam en haut du 51e étage du \"NYT building\" pour suivre en direct le passage de l\'ouragan.>> Google a mis en place un dispositif spécial pour suivre le trajet de l\'ouragan sur Google maps.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :