Martin Hirsch déjà sur d'autres projets

Martin Hirsch n'a pas attendu le premier anniversaire de son bébé, le revenu de solidarité active (RSA), pour voguer vers de nouvelles aventures. Depuis le remaniement du mois de mars, il n'est plus Haut-Commissaire aux solidarités actives. A sa demande, répète à l'envi l'ancien président d'Emmaüs. Qui revendique aussi d'avoir rejoint le gouvernement Fillon en 2007 parce que Nicolas Sarkozy lui offrait une chance unique de lancer le RSA. Renvoyant désormais à Marc-Philippe Daubresse, qui a repris le portefeuille de la Jeunesse et des Solidarités actives avec le titre de ministre, la charge d'assurer le service après-vente du RSA, mais aussi du Fonds d'expérimentation pour la jeunesse. Pas question, en revanche, pour Martin Hirsch de disparaître de la scène publique. Ce mercredi, il publie chez Grasset ses « Secrets de fabrication ». Avec des titres de chapitre tels que « Ni reniement, ni ralliement. Courtisé souvent, otage jamais » ou « De l'art d'en finir pour mieux continuer », Martin Hirsch oscille dans ses chroniques entre une autosatisfaction parfois agaçante et autojustification d'être un homme de gauche dans un exécutif de droite qui débat d'identité nationale. S'il n'épargne pas certains de ses collègues (Christine Boutin, Eric Besson ou Laurent Wauquiez), Martin Hirsch exprime sa reconnaissance à Nicolas Sarkozy, un homme « ouvert à la discussion ». Un homme qui lui a aussi permis de poursuivre ses projets après son départ du gouvernement. Depuis le mois de mai, Martin Hirsch a pris la présidence de la toute nouvelle agence du service civique. Sa mission ? Mettre en oeuvre le système de volontariat destiné aux jeunes de 16 à 25 ans pour des missions d'intérêt collectif de 6 à 24 mois. Chargée d'accorder les agréments et une aide financière aux associations entrant dans le dispositif, l'agence bénéficiera à terme d'un budget d'environ 500 millions d'euros par an pour 75.000 jeunes concernés en 2014. Une fonction et des moyens qui suscitent déjà, parmi les détracteurs du Haut-Commissaire, de nombreuses critiques. A. L.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.