Les "Full Size pick-ups" tirent le marché américain

 |   |  394  mots
Les ventes de voitures aux Etats-Unis ont enregistré leur meilleur mois de juillet depuis sept ans. Et qu\'est-ce qui marche le mieux? Les petits véhicules? Les hybrides? Pas du tout, c\'est encore le bon vieux pick-up \"Full Size\", gigantesque, vorace, mais robuste, pratique et pas (très) cher.  La reprise du bâtiment et les taux d\'intérêt toujours bas même s\'ils remontent, le boom de l\'extraction du gaz de schiste et de pétrole soutiennent depuis plusieurs mois les ventes de véhicules, font du secteur automobile l\'un des moteurs de la croissance du PIB américain. Boom des pick-ups\"Nous continuons à observer de fortes ventes, particulièrement dans les SUV (4x4) et pick-ups\", a ainsi affirmé ce jeudi le directeur des ventes aux Etats-Unis de Chrysler, Reid Bigland. \"Des ventes sectorielles solides en juillet (...) démontrent que l\'économie redémarre\", estime Bill Fay, l\'un des responsables de Toyota aux Etats-Unis. \"Pour GM, juillet a été le mois le plus équilibré de l\'année (...): les véhicules lourds ont eu du succès\" , se félicite le premier groupe auto américain, précisant que ses ventes de pick-ups avaient bondi de 44% sur les sept premois mois.+16% pour GMGeneral Motors a affiché la plus forte progression des \"trois grands\" de Detroit, avec 234.071 véhicules écoulés aux Etats-Unis le mois dernier, soit un bond de 16%. Ford, le numéro deux américain, a écoulé 193.715 véhicules en juillet (+11%), les ventes de pick-ups et SUV ayant progressé plus que celles des petite voitures. Le fameux Ford \"F\" est le modèle le plus vendu aux Etats-Unis depuis 31 ans, tous véhicules confondus. Les volumes de Chrysler, troisième constructeur américain et désormais filiale de l\'italien Fiat, ont également progressé de 11% à 140.102 unités.16 millions de ventesAvec des ventes sectorielles annualisées et corrigées des variations saisonnières, les constructeurs affirment que le marché américain est sur une rythme  de 16 millions de véhicules en 2013, l\'industrie automobile retrouvant des volumes qu\'elle n\'avait plus connus depuis 2007, avant la crise. Celle-ci avait fait plonger les ventes  autour des 10 millions de véhicules, entraînant au passage les quasi-banqueroutes de GM et Chrysler, placés sous la sauvegarde de la loi américain sur les faillites (Chapitre XI)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :