Parisot appelle à la réduction des déficits sans hausse d'impôts

 |   |  335  mots
Laurence Parisot aime les challenges. En ouverture mercredi du cru 2010 de l'université d'été du Medef organisée sur le campus HEC à Jouy-en Josas (Yvelines), celle qui a été réélue en juillet pour trois ans à la tête de l'organisation patronale a réussi la prouesse technique de confronter par téléconférence la vision de plusieurs personnalités résidant aux quatre coins du monde sur la conjoncture économique mondiale et la sortie de crise. Leur verdict ? « Ce qui m'a frappée, c'est qu'aucun d'entre eux ne voit de scénario type ? w ? avec une nouvelle récession à venir », indiquait mercredi Laurence Parisot qui veut retenir « la tonalité plutôt encourageante sur le front économique ». Un optimisme partagé par les chefs d'entreprise français ? « Les carnets de commandes ne sont pas à la hauteur de ce qu'ils étaient avant la crise, mais ils se sont regarnis depuis », constate-t-elle« l'État doit faire le tri »La présidente du Medef, qui tire depuis longtemps la sonnette d'alarme sur la dette et l'ampleur des déficits publics de la France, s'est à nouveau prononcée en faveur d'une réduction de la dépense publique. « Nous étions déjà inquiets avant la crise, mais aujourd'hui la situation a été aggravée et il faut remettre le sujet sur la table », martèle-t-elle. Dans le cadre de la délicate préparation du budget 2011, Laurence Parisot s'est toutefois bien gardée de cibler telle ou telle niche fiscale. « rappelant que c'est à l'État de faire le tri, et non à elle ». Défavorable à une augmentation des prélèvements obligatoires pour les entreprises, elle « recommande également au gouvernement de ne pas demander aux ménages de faire des efforts ». Pour elle, des réformes de fond doivent être menées, dans le domaine de la protection sociale. « Après la réforme des retraites, il faut engager celle de l'assurance-maladie », martèle-t-elle. Un chantier de taille que le gouvernement ne voudra peut-être pas ouvrir tout de suite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :